mardi 10 mars 2009

Siné Hebdo #27 : Essaye la tendresse


11 mars 2009

Erratum:
André Felder me signale que Little Miss Cornshucks était noire. Aretha Franklin n’est donc pas la première artiste noire à avoir chanté Try a Little Tenderness, contrairement à ce qui est écrit partout, y compris par moi dans Siné Hebdo… désolé…

Obitorium (१५ mars):
Ceux qui décrivent Bashung comme « un homme que chacun aimait » ne l'ont jamais écouté... Il avait pourtant essayé d'éloigner ce public de pseudo-fans superficiels, après le succès phénoménal de Vertige de l'Amour en 1981, en publiant le difficile Play Blessures en 1982, et jusqu'à L'Imprudence en 2002. Il faudra désormais écouter sa musique très fort pour couvrir la voix de ces charognards...

Un morceau :
Après l'introduction de Try a Little Tenderness, par Otis Redding, la batterie d'Al Jackson frappe chaque temps sur le bord de la caisse claire (rimshot) et chaque croche sur la cymbale charleston (Hi-Hat), à un rythme implacable. Cette idée arriva par accident, alors qu'Al Jackson frappait nonchalamment, trop rapidement par rapport à ce qu'on attendrait d'une ballade. Mais Otis Redding trouva l'idée bonne, car c'est ce rythme qui lui permettrait d'accélérer la chanson.
Beaucoup de légendes circulent sur cette batterie tellement parfaite. On raconte que des musiciens avaient parié que les coups étaient donnés par un métronome. Ils avaient appelé Al Jackson qui ne savait pas s'il devait se sentir insulté ou fier. On a demandé à Steve Cropper, le guitariste, s'ils utilisaient une boite à rythme. Il avait répondu: "oui, et son nom est Al Jackson".
Voici en tout cas une version en concert, donc sans aucun artifice. C'est celle du festival de Monterey, en juin 1967, le plus grand concert qu'Otis Redding n'a jamais donné (55000 personnes) et l'un de ses derniers aussi puisqu'il est mort en décembre de cette même année. La version de Try a Little Tenderness, qui clôt le concert, est d'une énergie surhumaine...

En concert cette semaine à Paris :
11 mars Alimentation Générale: Musique éthiopienne avec Arat Kilo
11 mars Limonaire: Flamenco avec Paco el Lobo
12-14 mars BabIlo (9 rue du baigneur, Paris 18eme): Bukowski jazz quartet
12 mars La Bellevilloise: deux groupes français qui s’essayent aux musiques d’ailleurs, les excellents Dynamics de Lyon, qui transforment en reggae tout ce qu’ils touchent et les bordelais des Shaolin Temple Defenders, groupe de soul qui accompagnent occasionnellement des stars américaines de passage en France...
12 mars La Java: Cheick Tidiane Seck, le chanteur et pianiste malien rend un hommage à James Brown
14 mars Canal 93 (Bobigny): Amazigh, l’ancien chanteur de Gnawa Diffusion
16 mars Duc des Lombards: Térez Montcalm, une chanteuse québécoise, du jazz un peu pop ou de la pop un peu jazzy...

4 commentaires:

MUSCATINE a dit…

Bonjour !!! (j'aime bien cette entrée en matière...huhuhu p'tit clin d'oeil à l'article de Jackie BERROYER "La politesse")
Pour BASHUNG...Perso c'est son "VERTIGE de l'AMOUR" qui m'la fait connaître et aimer !

Entre les Oreilles a dit…

BONJOUR!!!
Moi aussi j'ai adoré "Vertige de l'Amour", mais tu es d'accord que ce serait dommage de s'arrêter là...
Dror

philippe a dit…

Bonjour les copains

Effectivement elle était noire la petite miss. Et portait de jolis chapeaux de paille.

http://i114.photobucket.com/albums/n275/presidentchirac/lilmisscorn.jpg

http://i114.photobucket.com/albums/n275/presidentchirac/LittleMissCornshucks.jpg

(Comment on fait pour te joindre en direct Dror?? il y a un mail? J'ai des choses a te dire et surtout a te faire écouter.)

Entre les Oreilles a dit…

Pour m'écrire, le mieux est de passer par le journal:

courrierdeslecteurs@sinehebdo.eu

Dror à Siné Hebdo
100 av de la Résistance
93100 Montreuil

A bientôt alors...

Dror