mercredi 27 avril 2016

ELO#228 - Prince


27 avril 2016

Ma période préférée de Prince est celle où il commence à faire de la vraie soul/funk, en particulier avec la section de cuivre dirigée par Eric Leeds dans l'impeccable album Parade (1986). A cause des attentats à Paris, il annule sa tournée en France, puis change d'avis à la dernière minute et organise un concert au Zénith en plein mois d'août. Pendant ce concert, il enregistre la chanson It's going to be a beautiful night, qu'il publiera l'année suivante sur l'album Sign of the Times, 1987.

Ca continue un peu dans le même style avec les albums qui suivent, The Black Album (1987, mais qui ne sortira qu'en 1994, avec par exemple Rock Hard in a Funky Place), Love Symbol (1992) et, dans une moindre mesure, Lovesexy (1988) et Diamonds and Pearls (1991), ainsi que la plupart des chansons du disque Old Friends 4 Sale, sorti en 1999 mais enregistré bien avant...

J'ai aussi toujours aimé le courage de Prince à interpréter des slows, a priori ridicules mais avec tellement de sincérité qu'ils devenaient émouvants. Il y en a quasiment un par album, et si son plus connu est probablement Purple Rain (1984), mon préféré est sans doute Adore (1987)...

Sans être considéré comme un chanteur engagé, Prince s'est souvent exprimé sur des questions politiques dans ses chansons, en particulier contre le racisme d'un système capitaliste dont il estimait être victime. Si certaines de ses chansons engagées sont disponibles sur des albums officiels (Partyup (anti guerre, 1980); Ronnie, Talk to Russia (anti guerre, 1981); Annie Christian (anti corruption, 1981); Sign ‘O’ the Times (anti pauvreté, 1987); Dance On (anti pauvreté, 1988); Money Don’t Matter 2 Night (anti pauvreté, 1991, vidéo de Spike Lee); We March (anti pauvreté, 1995, avec Nona Gaye); Face Down (anti racisme, 1996); Dear Mr. Man (anti pauvreté, 2004, avec Cornel West); Dreamer (anti racisme, 2009); Ol' Skool Company (anti corruption, 2009) ou Baltimore (anti racisme, 2015, en duo avec Eryn Allen Kane, on y entend le slogan "if there is no justice then there is no peace" et les noms de Michael Brown et Freddie Gray...)), d'autres sont plus rares: Hello (anti pauvreté, 1985); Animal Kingdom (protection animale, 1998); 2045 Radical Man (anti racisme, 2001, sur la BO de Bamboozled de Spike Lee); Avalanche (anti racisme, 2002, avec la phrase "Abraham Lincoln was a racist"); United States Of Division (anti guerre, 2004) ou SST (au profit des victimes de Katrina, 2005).

En vieillissant, Prince a influencé de nombreux artistes qui lui rendent hommage aujourd'hui, mais il a, lui aussi, rendu hommage à ses héros lorsqu'ils disparaissaient, en reprenant leurs titres pendant des concerts. Il a d'ailleurs repris des dizaines de titres de ses artistes préférés, mais en particulier What I'd Say, de Ray Charles (Saint Paul, le 16 juin 2004, 6 jours après sa mort), While My Guitar Gently Weeps, de George Harrison (lors de l'hommage qui lui est rendu au Rock'n'roll Hall of Fame en 2004, avec Tom Petty, Jeff Lynne, Steve Winwood, Dhani Harrison, Billy Preston, Scott Thurston, Steve Ferrone, Jim Capaldi et Marc Mann, 3 ans après sa mort), There was a Time, de James Brown (à Las Vegas, le 29 décembre 2006, 3 jours après sa mort), Outta Space, de Billy Preston (à Las Vegas, le 14 janvier 2007, 6 mois après sa mort), I Want You Back, de Michael Jackson (à Paris, le 12 octobre 2009, 3 mois après sa mort), Love is a Losing Game, de Amy Winehouse, en duo avec Andy Allo (le 24 juillet 2011, soit dès le lendemain de sa mort), Heroes, de David Bowie (à Toronto, le 25 mars 2016, deux mois après sa mort, puis plus longuement à Atlanta, le 14 avril 2016, lors de son avant-dernier concert).

En 1983, James Brown invite Michael Jackson, au sommet de sa gloire, à le rejoindre sur scène. Hommages croisés, Michael lui souffle à l'oreille que Prince est dans la salle et il les rejoint à son tour, complètement cocaïné. Malheureusement, cette scène a été coupée du DVD de James Brown, à la demande de Prince. Ces trois "hardest working men in the showbusiness" en sont morts...

Qui aujourd'hui sera à la hauteur pour lui rendre hommage? Purple Rain par:
1) Jennifer Hudson et Cynthia Erivo:

2) Bruce Springsteen:

3) Gregory Porter:

Autres hommages, de Soul Bag, FIP, Arte, BBC...

Ajouts ultérieurs: 

Jazz at the Blues House, une heure de jazz à la Maison Blanche pour le International Jazz Day, avec Wayne Shorter, Marcus Miller, Buddy Guy, Trombone Shorty, Robert Glasper, Hugh Masekela, Dee Dee Bridgewater, Jamie Cullum, Al Jarreau, Diana Krall, Dianne Reeves, Sting, mais aussi Aretha Franklin et Herbie Hancock en ouverture pour chanter A Song For You à Barack Obama, et qui revient vers 1h12 pour rendre hommage à Prince:

Stevie Wonder à la Nouvelle Orléans pour le Festival de Jazz a du annuler sa prestation à cause de la pluie, mais il a participé brièvement à un concert le soir, avec encore deux hommages à Prince:

Mavis Staples, Purple Rain:

Ben Harper, Purple Rain:

Gregory Porter, Purple Rain (entre temps il a appris les paroles!):


Paul MacCartney (ou plutôt son groupe, car il ne connaît pas les paroles!), Let's Go Crazy:

Anthony Hamilton, Adore (bien meilleur choix, à mon avis!!!):

D'Angelo (enfin!), Sometimes it Snows in April (avec des paroles légèrement adaptées):

Nouvelle version par fDeluxe de Nothing Compares 2U, en hommage à Prince:

Malika Tirolien rend hommage à Prince le 27 mai 2016 à Upstairs, Montréal avec How Come U Don't Call Me Anymore:


Larry Graham invite M pour un hommage à Prince sur la scène du La Défense Jazz festival en juin 2016:

Alphabet Street/Baby I'm a Star:

1999/I Want You Take You Higher:

Hommage à Prince lors de la 16ème cérémonie des BET Awards en juin 2016:

Erykah Badu et Bilal: The Ballad of Dorothy Parker et The Beautiful Ones:

Stevie Wonder, Tori Kelly et Jennifer Hudson: Take Me With U, et Purple Rain:

Maxwell: Nothing Compares 2 U:

Janelle Monae: Delirious, Pop Life, Kiss et I Would Die 4 U:

Sheila E.: Erotic City, A Love Bizarre, America, U Got the Look, The Glamorous Life et Baby I’m A Star:

Mark Haynes, excellent bassiste de studio américain exilé à Montréal, donne ici une interview (30 minutes, en anglais) et parle longuement de sa jeunesse dans le Minnesota, et donc un peu de Prince:

De plus en plus de pirates circulent sur internet depuis que les avocats de Prince peinent à tous les interdire:https://www.facebook.com/joshcap/videos/10209474044468489/https://www.youtube.com/user/purplemonster047/videos
https://www.youtube.com/channel/UCdTxXD0m2eRpQPzRoXGDqgw/videos

J'ai eu le temps d'écrire un texte sur Prince et la politique, dans un journal en ligne qui a du mal à joindre les deux bouts, The Dissident:

Un Prince engagé
Dror, The Dissident, le 5 mai 2016
http://the-dissident.eu/10558/un-prince-engage
-----------------------------------------------------
Mort aussi, cette semaine, de Papa Wemba - Fa Fa Fa (avec Juliet Roberts):


de Billy Paul - Me And Mrs Jones:


Et de Lonnie Mack - I Found a Love

Une première chanson (assez nulle) pour #NuitDebout:


Aucun commentaire: