mercredi 15 juin 2016

ELO#234 - Comme des mouches...


15 juin 2016

Siné, Prince, Mohamed Ali: mes héros tombent comme des mouches...

Sa proximité avec les musiciens était énorme, à commencer par Sam Cooke avec qui il avait voulu enregistrer un disque, mais Sam Cooke est mort avant:

En témoignent aussi toutes ces photos:







 




A propos du combat au Zaïre en 1974, trois films à voir:
Muhammad Ali, The Greatest, de William Klein (1974)
When We Were Kings, de Leon Gast (1996)
Soul Power de Jeffrey Levy-Hinte (2009)

Enfin, pour se souvenir de ce mec incroyable, politiquement génial et hyper drôle, ces citations traduites en français:

"Je suis si rapide que la nuit derrière, j'ai éteint la lumière dans ma chambre d'hôtel et j'étais dans mon lit avant que la pièce ne soit plongée dans l'obscurité."

"Je suis si méchant que je rend même les médicaments malades"

"Si un jour tu rêves que tu es en train de me battre, tu ferais bien de te réveiller et de venir t'excuser."

"La boxe, c'est juste un boulot. L'herbe pousse, les oiseaux volent, les vagues mouillent le sable, moi, je tabasse des gens."

"La boxe, ce sont de nombreux hommes blancs qui regardent deux hommes noirs se tabasser"

"Je sais que j'ai réussi alors que des masses de noirs vivent l'enfer, mais tant qu'ils ne sont pas libres, je ne suis pas libre"

Au serveur d'un restaurant sudiste qui lui avait dit "On ne sert pas de nègres ici": "Ça tombe bien, je n'en mange pas. Donnez-moi juste un café et un hamburger."

A un journaliste qui lui demandait, quelques jours après les attentats du 11 septembre 2001, quel effet cela lui faisait de partager sa religion avec Ben Laden: "Et vous, quel effet cela vous fait-il de partager la vôtre avec Hitler?"
   
"Ma conscience m’interdit d’aller tuer mon frère, ou certaines personnes à la peau plus sombre, des pauvres, des gens affamés dans la boue, pour la puissante Amérique."

"Mon ennemi est le peuple blanc, pas le Vietcong ou le peuple chinois ou japonais. Vous vous opposez à moi quand je veux la liberté. Vous vous opposez à moi quand je veux la justice. Vous vous opposez à moi quand je veux l’égalité. Vous ne levez même pas le petit doigt pour moi en Amérique pour mes croyances religieuses, et vous voudriez que j’aille quelque part et combattre, alors que vous ne bougerez pas quand il s’agit de défendre mes droits ici même."

"Pourquoi devraient-ils me demander de mettre un uniforme et d’aller à 15 000 km de chez moi larguer des bombes et des balles sur des basané-e-s au Vietnam, alors que les Noir-e-s à Louisville sont traité-e-s comme des chiens et privé-e-s de leurs droits humains les plus basiques ? Non, je ne vais pas à 15 000 km de chez moi pour aider à assassiner et brûler une autre nation pauvre juste pour poursuivre la domination des maîtres d’esclaves blancs sur les peuples basanés du monde entier. Ceci est le jour où ces maux doivent cesser. On m’a averti que le fait de prendre une telle position me coûterait des millions de dollars. Mais je l’ai dit une fois et vais le dire à nouveau. Le véritable ennemi de mon peuple est ici. Je ne vais pas déshonorer ma religion, mon peuple ou moi-même en devenant un outil pour asservir ceux qui se battent pour leur propre justice, la liberté et l’égalité. […] Si je pensais que la guerre allait apporter la liberté et l’égalité aux 22 millions des miens, ils n’auraient pas à me convoquer, je m’enrôlerai dès le lendemain. Je n’ai rien à perdre en défendant mes convictions. J’irai donc en prison ? Et alors ? Nous avons été en prison pendant 400 ans."

"On attend de moi d'aller à l'étranger pour aider à libérer des gens dans le Sud Vietnam, alors que pendant ce temps mon peuple ici est brutalisé, oh que non! Je voudrais dire à ceux d'entre vous qui pensent que j'ai beaucoup perdu que j'ai tout gagné. J'ai une conscience libre et claire. Et je suis fier. Je me réveille heureux, je vais au lit heureux, et si je vais en prison, je vais aller en prison heureux"

"Je voudrais qu’on se souvienne de moi comme d’un homme qui a remporté le titre des poids lourds à trois reprises, qui avait de l’humour et qui a traité tout le monde avec justice. Comme un homme qui n’a jamais regardé avec condescendance ceux qui levaient les yeux vers lui. Comme un homme qui s’est battu pour ses croyances. Comme un homme qui a voulu unir toute l’humanité à travers la foi et l’amour. Comme un homme qui s’est battu pour l’égalité. Et cela ne me dérangerait même pas que les gens oublient à quel point j’étais beau gosse"
----------------------------------------
Vidéos

Malika Tirolien rend hommage à Michael Jackson et à Prince le 27 mai 2016 à Upstairs, Montréal:

J'y faisais déjà allusion en janvier et en octobre 2014... 

Elle sera également en concert gratuit au festival de jazz de Montréal le 3 juillet à 20h et 22h...

Sharon Jones enregistre ce titre méconnaissable des Allman Brothers Band, Midnight Rider, au départ pour une pub, mais en voici la version complète:

S'il n'y a pas eu de chronique la semaine dernière, c'est que j'étais en vacances à New-York. Mais je vous ai rapporté ça: Sharon Jones, le 8 juin 2016 au "BRIC Celebrate Brooklyn! Festival", Prospect Park, New-York:

Sharon Jones, le 16 avril 2016 à Seattle:

Elle sera également en concert gratuit au festival de jazz de Montréal le 29 juin à 21h30

Excellente interview d'un non moins excellent rappeur, Rocé: « Noyer le poisson dans l’identité »
Ballast, le 26 mai 2016

Dans laquelle il cite cette excellentissime interview de l'incroyable Black Panther, Ahmad Rahman: « La victoire est dans la lutte ». La boucle est bouclée avec Mohamed Ali...
Thomas Frontline, Quartiers XXI, le 30 novembre 2015

Pour finir sur une note romantique, une superbe ballade au titre éminemment classique, I Love You, par Eddie Holman sur son premier disque éponyme sorti en 1969...
-----------------------------------------
Et sourions avec le contrôle des musulmans (Mohamed Ali, encore...):
Le moment Meurice, Youtube, le 17 mai 2016

Aucun commentaire: