mercredi 11 janvier 2017

ELO#261 - George Michael et la Politique!


11 janvier 2016

C'est un défi que je me suis lancé, d'écrire un article sur George Michael et la Politique:

Si George Michael commence avec des chansons légères et dansantes (et pas géniales musicalement) dans une Angleterre déprimée par Thatcher, ce n'est pas pour glorifier le régime, mais au contraire, pour célébrer le DHSS, le RSA anglais de l'époque. Ensuite il défend le sexe contre une morale et des tabous conservateurs et hypocrites. Dix ans plus tard, dans Outside, il prône encore l'amour libre et se moque de son arrestation pour attentat à la pudeur dans un lieu public aux USA par un policier déguisé en homosexuel, avec un clip très drôle.
-Wham Rap! (1982)
-I Want Your Sex (1987)
-Outside (1998):


Très vite, il se spécialiste dans les chansons mélancoliques et aborde les difficultés de la vie. Praying for Time peut faire partie, en bonne place, de la compilation des chansons pour la Fin du Monde, que je suis en train de préparer (!). La troisième est plus spécifiquement sur le SIDA, et la quatrième sur le suicide.
-Hand to Mouth (1987)
-Praying for Time (1990):
 
-Spinning The Wheel (1996)
-My Mother Had A Brother (2004)

Dans le fameux concert de 1988 pour les 70 ans de Nelson Mandela, alors toujours en prison, George Michael chante Village Ghetto Land de Stevie Wonder, If You Were My Woman de Gladys Knight, et Sexual Healing de Marvin Gaye, donc trois interprètes Noirs:

Il s'exprime aussi très explicitement contre la guerre, en plein pendant les guerres en Irak où l'Angleterre de John Major et Tony Blair est impliquée, aux côtés de George Bush, père et fils. Si, là encore, je ne trouve pas que ce soit très réussi musicalement, Shoot The Dog, avec son clip, est particulièrement violente contre George Bush traité d'idiot, et contre Tony Blair traité de petit chien de Bush, et dont il souhaite la mort. En concert, le petit chien en question suce la bitte de Bush, sous forme de poupées gonflables géantes. En interview sur la BBC, il s'exprime contre la guerre en Irak et les bombardements de la Cisjordanie par Ariel Sharon, et il n'hésite pas à demander à ce qu'on s'occupe de la Palestine. Les deux dernières chansons sont des reprises de chansons contestataires, de Don McLean et Rufus Wainwright respectivement.
-Mother's Pride (1991)
-Shoot The Dog (2002 et 2007):


-Interview (2003):

-The Grave (2003)
-Going To A Town (2014)

Enfin quand, en 1999, il décide de faire un album de reprises jazzy (Songs from the Last Century), il reprend des chansons assez sérieuses, dont certaines politico-sociales comme Brother, Can You Spare a Dime Roxanne ou Miss Sarajevo.
------------------------------------------
Autres morts de 2016

La dernière mort célèbre de 2016, après celle de George Michael, fut celle de Pierre Barouh, le 28 décembre. Figure sympathique et discrète, mais qui a fait beaucoup pour la chanson française et brésilienne en France, auteur de la musique de Un Homme et Une Femme, il a utilisé cet argent pour faire découvrir la Bossa Nova, des chansons et des artistes brésiliens, mais surtout pour créer la maison Saravah (« Il y a des années où l’on a envie de ne rien faire ») qui a lancé plein de jeunes musiciens, dont Jacques Higelin, Brigitte Fontaine, Areski Belkacem, Pierre Akendengué, Naná Vasconcelos, Maurane, Allain Leprest ou Bïa... J’adore sa version française de Samba Saravah où il s’explique à ce sujet.

Ce qui donne un bilan morbide pour 2016:
–Musique : Otis Clay, David Bowie, Blowfly, Maurice White, Gianmaria Testa, Gato Barbieri, Prince, Alan Vega, Papa Wemba, Billy Paul, Leonard Cohen, Leon Russell, Sharon Jones, Joe Ligon, George Michael, Pierre Barouh, Candy Kane, Bernie Worrell, Mack Rice, Buckwheat Zydeco, Phil Chess, Lonnie Mack, La Velle, Wayne Jackson, Chips Moman, Scotty Moore, Toots Thielemans...
–Dessin : Siné, Chimulus, Puig, Gotlib, Mix-et-Remix...
–Autre : Mohamed Ali, Abbas Kiarostami, André Clergeat, Marc Riboud, Leila Alaoui, Jean-Pierre Bony, Adama Traoré, Abdirahman Abdi, Roland Agret, Dario Fo, Fidel Castro...
-------------------------------------------
Les hommages aux disparus en 2016 continuent

Reprise par Stevie Wonder de Someday we'll all be free, de Donny Hathway, suivi par son Superstition, chantées au concert hommage à Prince:


Walk a Mile in My Shoes par un all-stars en hommage à Otis Clay, au profit d'une bonne cause.

George Michael est mort le 24 décembre 2016, soit dix ans jour pour jour après le départ de James Brown sur une île déserte. Pour commémorer ces 10 ans, Arte diffuse Mr. Dynamite : The rise of James Brown, de Alex Gibney (2014, USA, 115', VOSTF), et le Mellotron nous concocte près de deux heures de mix en hommage.
--------------------------------------------
Agenda

En Palestine il n'y a pas que des morts, il y a aussi des prisonniers. Et il n'y a pas que des prisonniers, il y a aussi des prisonnières. Leurs histoires sont peu racontées, alors allez voir 3000 Nuits, le film de Mai Masri (2015, Palestine, 103', VOSTF), dans une cinquantaine de salles en France dont, à Paris, à l'UGC Ciné Cité Les Halles, à l'Espace Saint Michel et au Cinq Caumartin.

Le film contient une chanson, L'Obscurité de la Prison (Ya Zalam As Sijn), composée en 1922 par Najib ar-Rayyis, un intellectuel syrien alors emprisonné par le mandat français... En voici une version par la chanteuse jordanienne Macadi Nahhas:

18 janvier Gaité Lyrique (Paris): projection du documentaire Black Panthers: Vanguard of a Revolution, de Stanley Nelson (2015, Etats-Unis, 115', VOSTF)

20 janvier - 8 mars 2017 Tournée du Théâtre National Palestinien pour la pièce Des Roses et du Jasmin, de Adel Hakim, à Ivry, Strasbourg et Genève

1 commentaire:

Entre les Oreilles a dit…

Si jamais ça ne marche pas et que vous vous retrouvez sur une adresse du type:
https://app.box.com/s/xxxxxx (où xxxxxx sera remplacé par d'autres lettres)
Remplacez la par une adresse du type:
https://m.box.com/shared_item/https%3A%2F%2Fwww.box.com%2Fs%2Fxxxxxx
(en remplaçant xxxxxx par les mêmes lettres)...