mercredi 19 avril 2017

ELO#275 - Big Mama Thornton


19 avril 2017

Sacré personnage que cette Big Mama Thornton, chanteuse de blues et joueuse d'harmonica, qui s'est fait connaître avec la chanson Hound Dog en 1953, reprise par Elvis Presley mais pour laquelle elle n'a pas gagné un sou... Elle a sombré dans la colère, l'alcool et la pauvreté. C'est aussi l'une des premières chanteuses à jouer sur une ambiguïté sexuelle et de genre.

Dans les années 1960, elle habite San Francisco et elle est appréciée des autres musiciens de blues qui aiment bien jouer avec elle. On la retrouve ainsi accompagnée par Buddy Guy ou Muddy Waters. Elle gagne un peu d'argent grâce à Janis Joplin qui insiste pour qu'elle touche ses droits d'auteur sur la chanson Ball and Chain.

La voici ici avec Buddy Guy en 1966 et en 1970, à la télé américaine:

Hound Dog

Ball and Chain

En 1971, la voici dans un concert d'une heure et demi devant un public blanc, avec Muddy Waters, Big Joe Turner, George "Harmonica" Smith et "Pinetop" Perkins...:

En 1980, Big Mama n'est plus si "Big" que ça. Aretha Franklin l'invite à la télévision pour chanter le classique de Bessie Smith: Nobody Knows You When You're Down And Out

En 1984, soit après la mort de Janis Joplin et Elvis Presley, elle est pauvre et sa santé est détruite. Elle donne un dernier concert à 57 ans (elle en paraît 80), et elle meurt quelques mois plus tard:

Rooster Blues, Ball and Chain et Hound Dog:
--------------------------------------------
Musique américaine plus récente

José James, extrait de son nouvel album, To Be With You

Here come the girls, par Trombone Shorty
---------------------------------------
Autres grandes femmes


La revue Ballast publie de sympas abécédaires de grands cerveaux, et en particulier de grands cerveaux de femmes:

L’abécédaire d’Angela Davis:

L’abécédaire de Rosa Luxemburg:

L’abécédaire d’Emma Goldman:

L’abécédaire de Louise Michel:

mercredi 12 avril 2017

ELO#274 - Chansons dangereuses


13 avril 2017

J'ai donné mon quatrième et dernier cours à l'UPop Montréal, Une histoire populaire en chansons, consacré aux Chansons Dangereuses. Si je ne vous ai pas convaincu de l'importance des chanteuses et chanteurs révolutionnaires, sachez que leurs ennemis, eux, en sont convaincus. Et si l'on ne compte plus les musiciens poursuivis, emprisonnés, condamnés à l'exil, voire assassinés, il est encore temps de conter leur histoire...

De Johannesburg à Sabra et Chatila, de Santiago de Chile à Moscou, de Kingston à Douala, du Caire à Istanbul, de Rio de Janeiro à Tizi Ouzou, ou de Lagos à Paris, la répression est partout, elle dure depuis que la parole existe, et elle ne semble pas prête de s'arrêter...

Une dernière soirée émouvante et, pour vous consoler, ou pour raviver vos souvenirs, voici donc la playlist d'hier soir:

TRANSITION
1) Lakutshon'ilanga (Lorsque le soleil se couche) - Miriam Makeba - Afrique du Sud (1959)

LES ANNEES 1970
2) El Pueblo Unido Jamás Será Vencido - Quilapayun - Chili (1973)
3) Manifiesto - Victor Jara - Chili (1974)
4) Smile Jamaica - Bob Marley -  Jamaïque (1976)
5) Zombie - Fela Kuti - Nigéria (1976)
6) Rajiou Al-Talamza (Les étudiants sont de retour) - Cheikh Imam avec Ahmad Fouad Najm - Egypte (1972)
7) Calice - Chico Buarque - Brésil (1973)

PLUS PRES DE NOUS
8) Ak°it ay arrac nneɣ (Debout, camarades!) - Matoub Lounès - Kabylie (1979)
9) Karwan (La Caravane) - Ahmet Kaya - Kurdistan (2001)
10) Constitution Constipée - Lapiro de Mbanga - Cameroun (2008)
11) Nique La France - ZEP - France (2009)
12) Bogoroditsa, Poutina progoni (Vierge Marie, bannit Poutine) - The Pussy Riot - Russie (2012)
13) Pause - Rafeef Ziadah - Palestine/UK (2015)

Et le document de cours projeté en même temps que les chansons jouaient...

BONUS SPECIAL CHICO BUARQUE
14) 1970: Apesar de Voce (Malgré Toi)
15) 1976: Mulheres de Atenas (Femmes d'Athènes)
16) 1976: Meu Caro Amigo (Mon Cher Ami)
17) 1976: Corrente (Courant)
-------------------------------------------------
Musique du monde arabo-musulman


D'Egypte: Youssra El Hawary - El Alam (le drapeau)

Du Yemen: Kabreet - Enta Arabi

D'Iran: Ghogha - Aroosak kooki

Du Kurdistan: Serhado - Ez Hatım

De Tunisie: Medusa - Tounsiya Fière de L'être
-----------------------------------
Brutalité policière - mise à jour

J'ai complété mes playlists concoctées pour la semaine internationale contre la brutalité policière, qui contiennent maintenant plus de 130 chansons consacrées aux flics, keufs, condés, poulets, cognes, porcs, cafards et argousins, dont plus de 70 en anglais et près d'une cinquantaine en français:
Avec en particulier ces deux morceaux de jazz:
Terence Blanchard: Breathless
 
Samora Pinderhughes: Cycles
 
Et ce morceau du rappeur français Jo le Pheno, Bavure:

Ce morceau aurait pu faire partie du cours d'aujourd'hui (voir ci-dessus) puisqu'il lui a valu des plaintes, la censure de youtube, un procès intenté par le ministère de l'intérieur prévu en septembre prochain et, du coup, un deuxième clip, Bavure 2.0:
-----------------------------------
Hommage à Chuck Berry

Une heure de Chuck Berry en Angleterre en 1972:
------------------------------------
Documentaire

A propos de Palestine, nous sommes en 2017, 100 ans après la déclaration Balfour, c'est l'occasion de revoir ce petit film de 10 minutes, avec des sous-titres en français:

Arthur Balfour and Me (Charlotte Cornic, 2007):

mercredi 5 avril 2017

ELO#273 - La compil de la fin du monde

 
5 avril 2017

La fin du monde approche, et telle celle du Titanic, il est hors de question que cela ne se produise pas en musique. Entre Les Oreilles est là et vous concocte encore une belle dernière playlist indispensable dont elle a le secret, pour vous accompagner jusqu'à la fin...:
  1. Damia - Tout fout l'camp (1939)
  2. Claude Nougaro - Il y avait une ville (1958)
  3. Skeeter Davis - The End of the World (1963)
  4. Monique Morelli - La ville morte (1965)
  5. The Doors - The End (1967)
  6. Gérard Palaprat - Pour la fin du monde (1971)
  7. Sex Pistols - God Save The Queen (1977) 
  8. Willie Williams - Armagideon Time (1978)
  9. Hubert-Félix Thiefaine - Alligators 427 (1979)
  10. Jacques Dutronc - L’avant guerre c’est maintenant (1980)
  11. Castelhémis - Les Centrales (1982)
  12. R.E.M. - It’s The End Of The World (1987)
  13. George Michael - Praying for Time (1990)
  14. The Waterboys - Song from the end of the world (1990)
  15. Bob Geldof - The End of the World (1990)
  16. Nick Cave - Till the End of the World (1991)
  17. U2 - Until the End of the World (1991)
  18. Tom Waits - The earth died screaming (1992)
  19. Richard Gotainer - Rupture de stock (1992)
  20. Nino Ferrer - Blues en fin du monde (1993)
  21. Radiohead - How To Disappear Completely (2000)
  22. Muse - Apocalypse Please (2003)
  23. Snog - Waiting (2003)
  24. The Cure - The End of the World (2004)
  25. Les Cowboys Fringants - Plus rien (2004)
  26. Jean Leloup - La Fin Du Monde Est À 7 Heure (2005)
  27. Soundforce - The Fin Du Monde (2007)
  28. Didier Super - On va tous crever (2008)
  29. Milk Coffee Sugar - Prévu Pas Prévu (2009)
  30. Sanseverino - Swing 2012 (2013)
N'hésitez pas à m'écrire dans les commentaires si vous avez des idées pour compléter cette liste...
------------------------------------------------
ACAB

J'ai complété mes playlists concoctées pour la semaine internationale contre la brutalité policière, qui contiennent maintenant plus de 120 chansons consacrées aux flics, keufs, condés, poulets, cognes, porcs, cafards et argousins, dont près de 70 en anglais et près d'une cinquantaine en français:

Avec en particulier ce morceau de Ben Harper, Call It What It Is (2016):

et ce dernier rap de Skalpel, ACAB, au clip génial:
------------------------------------------------
Encore de la musique

Cleveland P. Jones - Mistakes (2017)

Sign Your Name, reprise du Terence Trent D'Arby de notre jeunesse, par Christine and the Queens (2016):

En 1978, Mick Jagger et Keith Richards occupent différemment le devant de la scène: Mick Jagger reprend Don't Look Back, la chanson des Temptations, avec Peter Tosh (comme dit l'un des commentaires "the clear difference between cocaine and marihuana"):

Ils chantent aussi ce morceau à la télé, sur Saturday Night Live (avec Lou Marini au sax, Alan Rubin à la trompette, et Tom Malone au trombone). Pendant ce temps là, Keith Richards s'essaye à un slow, à l'origine un morceau de country, We had it all
-----------------------------------------------
Vidéo

La Bombe, l'Assurance de votre Destruction
------------------------------------------------
L'UPop

Suite et fin de mon cours à l'UPop (l'Université Populaire de Montréal): Une histoire populaire en chansons!

La dernière séance aura lieu mercredi 12 avril 2017 à 19h au Café L'Artère Coop (7000 avenue du Parc, M° Parc ou Bus 80, arrêt Parc/Beaumont, gratuit) avec des Chansons Dangereuses...

Suite à mon dernier cours, plusieurs questions se sont posées sur l'aspect tardif de la mobilisation contre l'apartheid en Afrique du Sud (fin des années 1970, alors qu'il dure depuis 1948), et sur l'apparent manque de lien entre cette mobilisation et celle pour les droits civiques des noirs aux Etats-Unis dans les années 1960.

Alors d'abord je citais Miriam Makeba qui doit s'exiler d'Afrique du Sud en 1959, après avoir joué dans un film de fiction qui parle déjà de l'Apartheid: Come Back Africa, dans lequel elle chante deux chansons, dont Lakutshn Ilanga (Lorsque le soleil se couche), que nous verrons au prochain cours! :

Miriam Makeba alerte alors ses amis musiciens aux Etats-Unis et, plus tard, épouse Stokely Carmichael, militant des Black Panthers: le lien entre les deux existe donc. Toutefois, ils sont immédiatement persécutés par la CIA et doivent, à nouveau, s'exiler, en Guinée cette fois. Elle ne rentrera dans son pays qu'en 1990, après 30 ans d'exil.

Je citais également Max Roach qui écrit Tears for Johannesburg dès 1961, et j'ai déjà retracé cette génèse dans un article publié après la mort de Nelson Mandela:

Chansons contre l'apartheid
Dror, Le Courrier, le 13 janvier 2014
https://www.lecourrier.ch/117688/chansons_contre_l_apartheid

Mais, j'ai le meilleur public du monde, et une auditrice s'est aussi renseigné de son côté et a trouvé la confirmation de ce dont on se doutait: les pays occidentaux ne s'opposaient pas à l'Afrique du Sud parce que c'était un partenaire économique et diplomatique important. Du coup les militants pro-boycott n'étaient pas aidés, leurs messages ne passaient pas, et eux même passaient pour des communistes, des extrémistes, ou des fous:

Bal d’hypocrites pour Mandela : quand l’Occident soutenait Pretoria
Pierre Haski, Rue89, le 27 juin 2013
http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-afrique/20130627.RUE7325/bal-d-hypocrites-pour-mandela-quand-l-occident-soutenait-pretoria.html

Hommage à Mandela : quand la France et ses grandes entreprises investissaient dans l’apartheid
Ivan du Roy, Basta, le 10 décembre 2013
http://www.bastamag.net/Hommage-a-Mandela-quand-la-France