mercredi 22 février 2017

ELO#267 - Histoires populaires

22 février 2017

J'aime bien l'Histoire racontée par des formes d'expression populaires, la musique ou la bande dessinée par exemple.

-Par exemple avec le super site Histgeobox, une petite histoire de la musique Afro-Cubaine, et donc des relations entre Cuba et l'Afrique:

Cuba en Afrique, une odyssée musicale
L'Histgeobox, le 7 décembre 2016
http://lhistgeobox.blogspot.ca/2016/12/317-cuba-en-afrique-une-odyssee-musicale.html

Avec une super playlist:
-Par exemple avec le site Cases d'Histoires, une petite histoire de la représentation des Gitanes dans la bande dessinée, et donc dans l'inconscient collectif, des discriminations, des préjugés, et des stéréotypes:

La Gitane, exploration d’un stéréotype en bande dessinée
Lucie Servin, Cases d'Histoire n°1, le 13 avril 2015
http://cdhlemag.com/2015/04/la-gitane-exploration-dun-stereotype-en-bande-dessinee/

Sujet qui n'est pas que de l'histoire ancienne:
Les filles vont moins en prison… sauf si elles sont Roms
Street Press, le 7 Février 2017
http://www.streetpress.com/sujet/1486463469-prison-filles-roms

-Mais aussi avec Jef Klak, l'arrivée des premiers héros Noirs dans la bande dessinée américaine:

Super Pouvoir Noir
Casey Alt, Jef Klak, le 15 mai 2015
http://jefklak.org/?p=3600
1966, le mouvement Black Power est en pleine ébullition, le Black Panther Party vient de se créer et le premier super-héros noir apparaît dans les strips de Marvel Comics. « T’Challa, la Panthère Noire » évolue dans le Wakanda, nation africaine indépendante au développement technologique avancé. Les Noirs représentés au sein de cette Black Nation fictionnelle sont médecins, hommes politiques ou simples soldats pour le plus grand bonheur des jeunes lecteurs désireux de bousculer les représentations. Malgré les diverses tentatives de Marvel Comics pour en affaiblir la dimension politique, la Panthère Noire et le Wakanda ont porté haut les couleurs de la communauté africaine-américaine, comme en attestent les courriers des lecteurs, témoins de cette lutte symbolique au sein de la culture populaire des années 1960-70.

A ce sujet, la mémoire des Black Panthers continue de vivre sa vie, avec des choix parfois contestés, comme le montre ce petit reportage sur Arte avec Spike Lee, Fredrika Newton et David Hilliard:

Des Black Panthers en noir et blanc
Arte, youtube, le 27 janvier 2017
-------------------------------------------
L'UPop
J'ai été sélectionné par l'UPop (l'Université Populaire de Montréal) pour donner 4 cours sur le thème de "Musique et Politique" ou, plus précisément: Une histoire populaire en chansons!

Ces "cours" auront lieu tout le mois de mars et début avril (un mercredi sur deux, à 19h), au Café L'Artère (7000 avenue du Parc, M° Parc), et donneront l'occasion d'écouter de la bonne musique en abordant des sujets graves comme l'immigration, l'histoire populaire, des histoires de révolutions et d'oppressions.

Exceptionnellement, les semaines où je donnerai cours, je publierai ma chronique le lendemain, soit les jeudis 2, 16 et 30 mars, ainsi que le 13 avril, afin d'y mettre en ligne mon cours, c'est à dire la playlist et les notes de cours.

On commence donc mercredi prochain 1er mars 2017 avec des Chansons d'Immigration et avec Ya Rayah...
https://www.facebook.com/events/418165561854842/

-------------------------------------------------------
Musiques de partout

 

D'Angleterre, Omar Kamal, dit le Frank Sinatra palestinien, Nancy With The Laughing Face (2014)

Des Etats-Unis, avec le retour de A Tribe Called Quest, We The People (2016):

De Chine, la pianiste classique Yuja Wang, qui jazzifie Mozart (La Marche Turque, 2016):

Ou qui classifie Astor Piazzola (Libertango, 2016):

De France, le nouvel album de Sidi Wacho en téléchargement gratuit ici:
http://www.sidiwacho.com/

De France encore, une demi heure avec Martial Solal et les frères Moutin en Allemagne en 2007:

Et retour aux Etats-Unis avec l'une de mes versions instrumentales préférées de Summertime, celle de Tal Farlow en 1969...
-------------------------------------------

Le batteur le plus célèbre de James Brown, Clyde Stubblefield, vient de mourir. Célèbre parce qu'il avait fait le fameux break de Funky Drummer et n'avait jamais touché un centime dessus, alors qu'il a été samplé des centaines de fois.

Pourtant à la grande époque de James Brown, il avait toujours deux batteurs, Clyde Stubblefield et Jabo Starks (voire trois sur la photo ci-dessus!), et c'est ça qui donnait ce son si gros, et en même temps plein de subtilités.

Vous lirez sûrement qu'il avait été élu 2ème meilleur batteur de tous les temps en 2014 (en même temps le premier, c'est feu John Bonham (de Led Zeppelin), et c'est le seul noir dans le top 10...). Mais Clyde était le batteur préféré de Prince, et il était devenu fauché à la fin de sa vie. Ne pouvant plus payer le médecin, c'était Prince qui avait réglé la facture. Ca lui avait permis de gagner quelques années de plus, mais la grande faucheuse a fini par l'emporter...

Allez on se la refait en entier: Funky Drummer (1969)...
---------------------------------------------- 
Psikopat

Mes dernières publications dans le Psikopat:

Juillet 2016: Comme les Mayas, vivons inégaux en attendant la mort... (et prédisons la fin du monde)


Octobre 2016: La décadence

Novembre 2016: La grandeur de la France

Décembre 2016: Le testament de 2017 (un cauchemar)

Janvier 2017: Peste, choléra ou brochet (ode à l'abstention)

mercredi 15 février 2017

ELO#266 - Sister Souljah et Stevie Wonder


15 février 2017

En ce Mois de l'Histoire des Noirs, célébrons Sister Souljah, une rappeuse qui a brièvement fait partie de de Public Enemy, avant de sortir son album solo, 360 Degrees of Power, en 1992, dont sont issus ces deux singles brûlants:

The Hate That Hate Produced :

The Final Solution: Slavery's Back In Effect :

Ensuite elle s'est consacrée à l'écriture de livres, et sa saga autour du personnage de Midnight (un immigrant soudanais, noir et musulman) est un grand succès...


Et Stevie Wonder, qui se promène:

Quand Stevie Wonder débarque dans une cérémonie en hommage à Martin Luther King et décide de monter sur scène:

Quand Stevie Wonder débarque dans un lobby d'hôtel où un amateur chante Superstition, et qu'il décide de monter sur scène pour l'aider:

Quand Stevie Wonder débarque dans une expo-vente d'instruments de musique:

Ici il chante Something Good, la chanson qu'il avait écrite pour Chaka Khan et dont il a oublié les paroles, dédiée aux femmes de la Marche de Washington:

Il y a 50 ans jour pour jour, I Never Loved A Man (The Way I Love You) le premier tube "soul" d'Aretha Franklin sortait (ici en version démo).... 14 millions d'exemplaires vendus! Et terminons avec une ballade déchirante de cette même année 1967: Wisdom of a fool de Merle Spear.
--------------------------------------
Al Jarreau
Mort d'une voix exceptionnelle, gâchée par une production années 1980 qui vieillit très mal. Scat inimitable sur Agua de Beber, ou même sur ses tube, Roof Garden ou Boogie Down, et beau duo avec Randy Crawford sur Your Precious Love:



----------------------------------------
Théo et Adama nous rappellent pourquoi Zyed et Bouna couraient


Imany, chanteuse, lors des Victoires de la musique: Il est de la responsabilité des artistes d'être les voix de celles et ceux qui n'en n'ont pas. Justice pour Théo, justice pour Adama

Kery James, chanteur, sur Facebook: En soutien avec le jeune Théo qui a subi une agression honteuse et perverse de la part de gens qui considèrent qu'il est "convenable" d'appeler un homme noir "bamboula"
https://www.facebook.com/keryjamesofficial/posts/10158326158975235

Eva Doumbia, Gilles Lellouche, Nekfeu, Imany, Arthur H, IAM, Christine and The Queens, Fianso, Yannick Noah, Bertrand Tavernier, Omar Sy, Lilly Wood and the Prick, Mademoiselle K, Eric Cantona, Archie Shepp, Nicolas Duvauchelle, Black M, Annie Ernaux, Rachida Brakni, Zebda, Ramzy, Olivier Rabourdin, David Bobée et plein d'autres: Appel des artistes contre l’impunité des violences policières
-----------------------------------------
Élections présidentielles


Je n'ai toujours pas trouvé pour qui voter, mais la campagne électorale sera peut-être au moins l'occasion d'écouter de la bonne musique?

Tournée : en 2017, les "Motivés" vont "se mêler" de la campagne présidentielle

Nouvelle vidéo rub-a-dub styleeeeee:
 

mercredi 8 février 2017

ELO#265 - L'improvisation, c'est ça!


8 février 2017

C'était le 26 juillet 2016, le Kalmunity Vibe Collective faisait son concert hebdomadaire au Petit Campus, à Montréal, Canada. Ce soir là, les spectateurs étaient invités à écrire un thème sur un papier tiré au sort, et le groupe improviserait sur ce thème, quel qu'il soit. Après la pause, le thème tiré est... Koala! Interloqué, le groupe se demande que faire avec ça... et la réponse en 6 minutes...

Tout ce mois ci Kalmunity célèbre le Mois de l'Histoire des Noirs avec des shows consacrés à Bob Marley (le 7), au Black Love (le 14), à James Brown (le 21) et à Gil Scott-Heron (le 28).
-------------------------------------------
Autres musiques noires américaines

Girl Power et nouvelle soul classique: Leela James, Don't Want You Back

Un poème de Gil Scott Heron, His Story:

40 minutes de concert avec Ike and Tina Turner en Allemagne en 1973:

---------------------------
Dans le reste du monde

El Mejor:

Raed:
-------------------------------
Télévision

Pour ceux que ça intéressent et qui comprennent l'anglais, on m'a envoyé un reportage sur la fameuse première expérience (de leçon de discrimination) aux Etats-Unis: Brown eyes, blue eyes experiment

Voici la version québécoise de 2006, La leçon de discrimination (40 minutes), sur une expérience faite en milieu scolaire, avec des moments assez poignants et une morale assez triste finalement:

On en reparle en ce moment, parce que ça fait 10 ans et que l'équipe de tournage est retournée à l'école avec les enfants devenus adultes. Je ne trouve pas le résultat aussi passionnant que le film original:
La leçon de discrimination, 10 ans plus tard
Pasquale Turbide, Radio Canada, le 29 septembre 2016
-------------------------------------------
Radio

Une superbe interview de 3/4 d'heure avec Virginie Despentes. En fait il suffit de lui poser de bonnes questions, et elle est géniale:
http://www.novaplanet.com/radionova/65694/episode-dans-le-genre-de-virginie-despentes
---------------------------------------------
Agenda

14 février au Verre Bouteille de Montréal: Leyla Mc Calla

Sa reprise de Hallelujah  (novembre 2016):

17 février à l'Institut du Monde Arabe de Paris: Tamer Abu Ghazaleh, artiste palestinien:

Une musique qui relate l’état d’une génération
Sarah Irving, Electronic Intifada, le 19 janvier 2017
http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2017/02/02/une-musique-qui-relate-letat-dune-generatio/

mercredi 1 février 2017

ELO#264 - Do Your Thing, Isaac Hayes


1er février 2016

Isaac Hayes est un personnage à part dans la soul de Memphis. Auteur de tubes "classiques" pour Sam and Dave (Hold on I'm coming, ou Soul Man par exemple), ses albums solo explorent d'autres directions, de longs morceaux hyper orchestrés, qui occupent souvent une face entière d'un disque vinyl, donc à peu près 20 minutes, souvent des tubes pop réarrangés en délires psychédéliques semi-improvisés.

Le succès arrive avec la musique du film Shaft en 1971, dont la BO reproduit des extraits assez courts pour passer à la radio, comme le fameux Theme From Shaft (ici live à Cannes en 1973) et Do Your Thing, d'à peu près 4 minutes chacun. 

Ces morceaux sont pourtant issus de délires beaucoup plus longs que les supports actuels permettent enfin d'écouter en entier, et voici ainsi la version de 22 minutes de ce Do Your Thing par Isaac Hayes.
-----------------------------
Autres musiques


Thinking of Leaving de Tamer Nafar, le chanteur palestinien de DAM, dans ce qui me semble être son meilleur poème/rap...

Alicia Keys a commencé sa carrière sous le patronage de Isaac Hayes qui arrange quelques morceaux et joue de l'orgue sur son premier disque. Je ne suis pas un énorme fan, mais c'est plutôt sympa de la voir 20 minutes à l'orgue (justement), et juste accompagnée d'un contrebassiste, au Comptoir Général, le petit club sympa le long du canal Saint Martin à Paris, en mai dernier:

Lee Fields revient à ce qu'il sait le mieux faire: enrichir l'héritage de James Brown: Make The World. Il sera en concert à Montréal le 24 février prochain. Et pour finir, un petit gospel de DJ Rogers en 1970, He ain't heavy.
-------------------------------
Candidats


Socialism is love, Max Romeo (1974)
 
Hamon, Fillon, Macron, Mélenchon, élections... pièges à cons (Aignan, Arthaud, Bayrou, Cheminade, Jadot, Le Pen, Poutou... pièges à fous).
 
Kiss, la chanson de Prince, chantée en 2016 par Julie Erikssen, accompagnée au piano par le beau-frère de Pénélope:

Dans un article sur le pianiste, on trouve cet extrait savoureux: "je trouve de toute façon merveilleux d'avoir pour frère un mec comme lui, sans aucune casserole et droit dans ses bottes !"
-------------------------------
Autochtones

On connaît des bribes de cette histoire, mais il était temps qu'un film soit tourné sur l'influence des Autochtones sur les musiques américaines
 
On les voit comme Noirs, mais de très nombreux artistes (Charley Patton, Mildred Bailey, Jimi Hendrix, Sugar Pie DeSanto, Lowell Fulson, T. Bone Walker, Ernie Johnson, Sharon Jones...) ont un double héritage africain ET amérindien...

Un film québécois vient de sortir sur le sujet, et il a reçu le prix spécial du jury à Sundance:

RUMBLE: The Indians Who Rocked the World
Rezolution Pictures, Youtube, le 18 janvier 2017