jeudi 19 mars 2015

ELO#193 - Jazz arabe

Jeudi 19 mars 2015

Si le monde arabe a influencé très tôt les compositeurs de jazz (Caravan en 1937; A night in Tunisia en 1942), la réciproque ne commence à être vraie que dans les années 1950, avec des visites de pays arabes par des musiciens américains, des conversions à l'islam pour certains d'entre eux, et des sons jazz qu'on commence à trouver chez l'Egyptien Abdel Halim Hafez ou chez la Libanaise Fairuz. Ce n'est que plus tard, dans les années 1960 avec l'Egyptien Salah Ragab, ou même dans les années 1990, qu'on trouvera des musiciens se revendiquant clairement d'un jazz arabe, le Tunisien Anouar Brahem, le Libanais Rabih Abou Khalil ou la Palestinienne Reem Kelani.

C'est donc très en avance sur leur temps que Slim and Slam composent les premiers jazz "en arabes", dans les années 1940. Slim and Slam est un duo de jazz des années 1930 et 1940 que Siné adore, composé de Slim Gaillard, pianiste et guitariste, et de Slam Stewart, contrebassiste. Tous les deux chantent, et sont adeptes d'un jazz humoristique, chanté parfois dans différentes langues, y compris des langues inventées comme le "Vout", et qui apparaissent dans le film délirant Helzapoppin' en 1941...

Dans leur répertoire, il existe donc deux chansons en arabe, qui sont des blagues, apprises phonétiquement par une amie arménienne libanaise. La première, intitulée Yep-Roc Heresay n'est en fait qu'une liste de plats libanais: Yebra (feuilles de vigne), Harrissah (un dessert), Kibbeh be-senniyyeh (boulettes de viande), Lahme michweh (viande grillée), Bourghoul (boulgour), Mahchi (légume farci), Banadurra (tomate)... et il termine par "Masari? Bah!" (de l'argent? j'en ai pas!). La deuxième, Arabian Boogie, est un dialogue d'autant plus absurde vu le contexte dans lequel il se déroule: "Saideh! Kifik? Kif i'ssaha?" (Bonjour monsieur! Comment ça va? Comment va la santé?) "Chou benna? Inta majnoun! Lazim!" (Qu'est-ce que tu racontes? Tu es fou! C'est sûr!)...

Et un détail biographique, la fille de Slim Gaillard, Janis, est la fameuse jeune fille dont Marvin Gaye est tombé éperdument amoureux à la fin de sa vie, quittant sa femme pour elle...
---------------------------
After Charlie


Un article que j'ai écrit en anglais pour mes amis étrangers...

Charlie Hebdo, before, during and after the shooting
Dror, March 2015

The emotion provoked by the shooting of Charlie Hebdo's journalists triggered a wave of reactions and analyses that were fascinating, but sometimes lacked the necessary background which would have strengthened the arguments put forward. Besides giving my own analysis, I would like to provide this background, especially for my foreign friends. This contribution comes from a reader of Charlie Hebdo, a former fan, a former friend of several of the victims, and a journalist working at a competing journal (Siné Hebdo)...

The first incarnation of Charlie Hebdo was published between 1969 and 1981, and already included well known cartoonists such as Wolinski, Cabu and Siné. Using satire and provocation, it was useful in a very conservative France for breaking up sexual taboos, but also more political targets such as authority, religion, nationalism, racism, capitalism, pollution, narrow mindedness, priests, cops, the army, the far right etc. Because it was fighting against conservatism, it was seen as a leftist journal and was mostly popular in young leftist student circles. Because it was suspicious of every politician, it was seen as an anarchist journal, but it really had no political line at all. The first incarnation of Charlie Hebdo did not fight for an alternative model of society, leftist or else, and did not have an “opinion” on every political subject. Eventually, because it was fighting to destroy and not to build, it lost its audience and stopped publishing when François Mitterrand, of the French Socialist Party, became president: the “young leftist students” were suddenly hoping for a different kind of change...

After a ten years hiatus, right wing parties came back to power and the first Gulf war triggered a renewed rebel youth looking for a journal to express its anger. A new incarnation of Charlie Hebdo came out in 1992, capitalizing on the reputation of the first one, but different on some accounts. First, because time had changed, but also because its new director, Philippe Val, wanted the journal to be more explicitly political. While generally on the left, along the years, some controversies rose inside Charlie Hebdo. As I said, time had changed: sex was less of a taboo in France, and what was considered courageous in the 1960s could be considered sexist in the 1990s. Religion had lost most of its power in the 1990s, with the abortion pill and gay unions legalized, and the Catholic church was less of an interesting target. Young cartoonists had grown older, richer, sometimes closer to the power, and their political ideas had shifted towards the mainstream. Among others, Philippe Val took stances supporting the war on Serbia, Israel against the Palestinians, or the neo-liberal European treaty. Nevertheless, freedom of speech was strong within Charlie Hebdo, and cartoonists such as Siné, or the young Charb, could publish opposing positions in the same journal. Others, such as young cartoonist Luz, would stay out of these fights and keep the “anti-political” spirit alive. This diverse range of expressed opinions was a tradition, but Val was maneuvering so that more of the “leftists”, such as Mona Chollet, Olivier Cyran, Frédéric Fajardie, Michel Boujut or Philippe Corcuff, would slowly leave the journal.

As everywhere else, tensions within Charlie Hebdo culminated after 911. While a minority of cartoonists was still resisting, Philippe Val took the journal with him on a crusade against fundamentalist Muslims, that quickly extended to Muslims and Arabs, from France to Palestine. Resonating with the traditional anti-Catholic tradition of the newspaper, most cartoonists failed to grasp that Islam differs in that it does not rule in France and that, actually, Muslims are the most discriminated against in France today. They failed to realize that this new crusade was not against the power but that it was actually siding with it: in the following years, Charlie Hebdo has received the support of conformist figures such as Oriana Fallaci, Bernard Henri-Levy, Elisabeth Badinter, Pierre Lescure and Nicolas Sarkozy, which should have been enough of a warning. They also failed to realize that, while going mainstream was providing a much wider audience (and more money), it also took them away from their regular following, and gave much more importance to what used to be considered “just little funny cartoons”. Suddenly, their cartoons were discussed, not only by fans but in mainstream media, at the French president's house, and also all around the world.

In 2006 they published the famous Danish cartoons making fun of “the Prophet”. While for some it was just a gag, for others, such as writers Philippe Val or Caroline Fourest, it was clearly a political statement. It also became a financial strategy because Islamophobic front pages usually triggered higher sales. I nevertheless want to correct some inaccuracies found in otherwise good articles: First, the issue is not so much about the few “caricatures of the Prophet” that Charlie Hebdo published, but about the many cartoons and articles that perpetuates plain racism against Muslims, with typical prejudice about them being violent, dirty, sexist, stupid, uneducated, backwards etc. In a context of growing Islamophobia in France, Charlie Hebdo sides with the powerful to trash the weak, which is very different from what they used to do. Second inaccuracy: it is not true that Charlie Hebdo does not target other religions. They mock Christians and Jews as well, but the context is different, as these populations are otherwise doing OK in France. Racism against Muslims today in France is humiliation added to the daily discriminations they suffer from unemployment or shitty jobs, shitty housing, cop targeting and other prejudice... Third, to be fair in this subtle context, Islamophobic articles and cartoons in the journal can be found along leftist stances supporting Palestine, against capitalism, or even against the targeting of immigrants, in a perfect contradiction. In a way, Charlie Hebdo's diversity of opinions also reflects the French left, which is also full of contradictions and can be anti-racist and neo-colonialist at the same time, for example.

Even though Philippe Val had ended up getting everybody's support, even that of Charb and Siné, for his fight against Islam, in 2008 he succeeded in kicking out Siné, his strongest opponent in Charlie Hebdo. Only Cavanna, Willem and Tignous supported Siné, but not Charb who soon became the new director when Val and Fourest left. Siné founded Siné Hebdo, the competing weekly journal that lasted for a couple of years. For reasons different from those of 1981, French people in 2010 are less interested in satirical newspapers, and both Charlie Hebdo and Siné Hebdo (which became Siné Mensuel) are struggling to keep a sustained following. Both were on the verge of bankruptcy when the shooting happened, and several of the victims had met with François Hollande in September 2014, to beg for financial support from the French presidency, a disgrace for the Charlie Hebdo spirit of the 1970s.

While the financial crisis was about to kill Charlie Hebdo, the shooting actually resuscitated it. While hardly anybody in France was reading Charlie Hebdo anymore, today everybody “is Charlie”. While Charlie Hebdo epitomized the criticism of power, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Benjamin Netanyahu, Angela Merkel and David Cameron, to name but a few, attended their Soviet-looking funeral. Even Luz and Willem, cartoonists from Charlie Hebdo who survived the shooting, were appalled. Three weeks after the shootings, a couple of hundred cases of Islamophobia in France were reported, including the stabbing to death of a Muslim at his home. In addition, a couple of hundred judicial cases were opened for “advocating terrorism”, mostly against Muslim individuals, including drunkards, jokers, teenagers and even a couple of kids under 10 years old. Islamophobia was and still is widespread in the mainstream media, and “Freedom of this speech” is definitely not at stake in France today. The defense of “Freedom of speech” is an Orwellian motto that is actually used to silence undesired speech, as shown by some recent examples of people brought to court on these grounds, including a leftist professor who questioned the official storyline, a trade-unionist who contested the neo-liberal shift of the French “Socialist” government, and a pro-Palestinian activist who regretted the confusion made between Antisemitism and Antizionism...

Emotion is a bad counselor and commentators were quick to mourn the “most tragic attack since the 1970s”. Let us not forget the 17 journalists shot in Gaza by Israel last summer, the 77 young people assassinated in Norway in 2011 by Anders Breivik, the 200 Algerians killed in Paris in 1961 by the French police, or the 2000 massacred in Nigeria by Boko Haram the very same day of the Charlie Hebdo shooting. The attack against Charlie Hebdo was not a terrorist “blind attack”, and although the killers were of poor social background, they were definitely not crazy. In my opinion, it was rather a retaliation, or a a civilian collateral damage, of the global war that France, with other countries, is having against several Muslim countries: Afghanistan, Iraq, Libya, Mali...

Searching for a rational explanation of what lead to the tragic shootings of January 2015 in Paris is by no means a way to excuse them, but rather a way to try to prevent them from being repeated. Charlie Hebdo was called leftist by some and fascist by others, and I tried to show here that both assertions were untrue, as the journal could include both racist and anti-racist articles and cartoons. Even though he is no longer part of it, it was important to highlight the role played by Philippe Val after 2001 in shaping the journal, its political line, its team and its support, in order to understand what happened in the following years. Obviously though, the ins and outs of the shooting go well beyond a French satirical newspaper, which is why so many world government leaders try to use it to their advantage, by increasing surveillance, profiling, repression and targeting opponents of all sorts. Our grief should not prevent us from being on guard and defend our rights, and mostly the rights of the weak against violence, wherever it comes from, including state violence, in France and around the world.
-------------------------
Militants français


Bénédicte Bauret, élue municipale Front de Gauche de Mantes-la-Ville, a dénoncé sur sa page facebook l'existence d'une association dont j'ignorais l'existence: Pharmadom. C'est une association de pharmaciens qui veulent aider israel. Pour ce faire, ils s'engagent à prescrire des médicaments TEVA (marque générique israélienne) et TEVA, en échange, reverse de l'argent à Pharmadom, qui l'utilisera pour aider des malades israéliens! Ca justifie d'autant plus de boycotter TEVA, et ils font donc ça assez discrètement pour que vous ne sachiez pas, quand vous achetez vos médicaments, que vous filez du fric à israel. C'est ce qu'explique le président de Pharmadom, Didier Maarek, dans un article où il précise également : "Aujourd’hui Pharm’Adom regroupe 280 pharmaciens dans toute la France. « La grande majorité est juive »"...

Ayant repris cette phrase, on accuse Bénédicte Bauret d'avoir stigmatisé les pharmaciens juifs en raison de leur religion. C'est délirant! Elle a ensuite été victime d'une attaque appelées "swatting": l'agresseur appelle la police et le SAMU, parfois en pleine nuit, pour faire croire que la personne agressée a commis un meurtre. Quelques minutes plus tard, le quartier de l'agressé est bouclé et son domicile assailli par des policiers armés (c'est un miracle qu'il n'y ait pas eu de dérapage). Après plusieurs heures, il faut aller déposer au commissariat. Bien que ces agressions ne visent pas que des pro-palestiniens, c'est une drôle de coïncidence que ça lui arrive juste après l'épisode Pharmadom (dont ne parle pas cet article de Libé), d'autant que c'est la troisième attaque en une semaine contre des militants solidaires avec la Palestine, les deux autres étant... des retraités! Avec la lacheté de telles attaques, on peut se demander qui sera le prochain ou la prochaine? Méfiez-vous...
------------------------------------------
Syrie


De Syrie on entend surtout des chiffres, le nombre de morts, le nombre de jihadistes français, le nombre de sorties du Rafale, et l'on finit par oublier les humains. Les rares humains auxquels on donne la parole sont des militaires, des bourreaux, des dictateurs, des extrémistes sanguinaires de tous bords, et plus du tout de simples citoyens syriens aspirant non seulement à la paix, mais à une justice sociale et à une révolution qui placerait l'humain au coeur du système. Ces humains, on les entendait au début de la révolution, ils nous avaient donné espoir face à la dictature d'El Assad, mais 4 ans ont passé, certains sont encore les armes à la main dans un camp ou dans l'autre, beaucoup sont morts, se cachent, ou cherchent à fuir leur pays, au péril de leur vie, pour rejoindre des contrées plus clémentes... Parmi ces derniers, Ahmed a réussi à rejoindre la France et son témoignage, très simple, est bouleversant, et la photo qui l'illustre est saisissante (des carcasses de bus verticales dans une rue d'Alep pour protéger les passants des tirs de snipers...):

Retour de Syrie
Lundi Matin, le 16 mars 2015
---------------------------------------------
Femmes


Leila Shahid: «Je pars avec tristesse et colère»
Le Soir (Bruxelles), le 7 mars 2015

Angela Davis: « Si Israël se retrouve isolé, il ne pourra pas continuer son apartheid »
Ballast, le 18 mars 2015

Des femmes palestiniennes prennent la parole
BDS Québec, mars 2015

Comme une tasse de thé: le consentement c’est pas compliqué
Rockstar dinosaur pirate princess, le 2 mars 2015

Le Salon de la Femme
Rinny Gremaud, Le Temps (Genève), le 8 mars 2012

Océane Rose Marie:

Nicole Ferroni:

-----------------------------------------------
Racisme


En général en France, on est beaucoup plus contrôlés par la police si on possède un faciès qu'elle estime refléter un danger imminent, c'est à dire en gros si on est noir ou arabe. Parfois, c'est juste pour les faire chier, leur signifier qu'ils sont des sous-citoyens, des sortes de "cérémonies de dégradation" comme expliqué par le Gisti.

Contre le contrôle au faciès, on peut manifester (voir agenda), mais une plainte a aussi été déposée par 13 français non blancs, pour discrimination. La plainte a été rejetée, et elle passe maintenant en appel. Elle n'a peut-être pas beaucoup de chance d'aboutir, mais espérons qu'elle permettra au moins de faire avancer les choses, jusqu'à la cour européenne des droits de l'homme s'ils ont le courage (et l'argent) d'aller jusque là...:
--------------------------------
Musique - vidéo


Kalmunity Vibe, le mois dernier à Montréal, encore une fois, "ça l'a fait", la chair de poule:


Nouveau morceau pour Jill Scott, You Don't Know, une reprise du morceau de Lorraine Ellison:



Nouveau morceau pour Melody Gardot, Same To You:



Nouveau morceau pour Sly Johnson, Everybody Dancin':


Un morceau de 2012 du groupe The Reverend Peyton's Big Damn Band, Devils Look Like Angels:


Hyleen Gil en concert Can You Love Me:


Une heure et demi d'excellent blues, même s'il est très sexiste, avec Bobby Rush:


Stevie Wonder, rejoint par Herbie Hancock et Chick Corea, As et Watermelon Man:


Ariana Grande et Babyface interprètent Signed, Sealed, Delivered lors d'un concert donné en hommage à Stevie Wonder...

1h de gospel avec les Campbell Brothers
---------------------------------------
Musique - audio


Hommage à Tammi Terrell, décédée il y a 45 ans, le 16 mars 1970, avec All I Do (1966) morceau écrit par Stevie Wonder et repris par lui en 1980. Un peu de soul avec That's What I Get, de Ike Noble (1971), de funk avec Won't Nobody Listen, du groupe Black Haze Express (1971) et de gospel avec Nobody Knows, du pasteur T. L. Barrett (1971). Enfin, deux duos rares en concert, de Prince avec Mavis Staples sur I'll Take You There (Londres 1993) et avec Chaka Khan sur le morceau d'Aretha Franklin, Baby I Love You (Londres 1998).

Le nouveau morceau de Saun and Starr, Look Closer.

Du Sahara occidental, dont on reçoit souvent de mauvaises nouvelles, le disque d'Aziza Brahim, Mabruk (2012)...

2h de gospel avec un mix choisi par Greg Belson et Eli 'Paperboy' Reed
Et, sans aucun rapport, Siné sur Europe 1, une interview de 2010...
-------------------------------------
Agenda


Vendredi 20 mars entre 9h30 et 11h30: éclipse partielle de soleil, avec un maximum à Paris à 10h29!

Samedi 21 mars à 15h, devant le métro Barbès-Rochechouart: journée mondiale contre tous les racismes et le fascisme: l'égalité ou rien!
http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/050315/manifeste-unissons-nous-contre-l-islamophobie-et-les-derives-securitaires

22 mars Sunside: Yana Bibb

Lundi 30 mars à 18h30 à l'Université Paris 1, Centre PMF, amphi N, 90 rue de Tolbiac, P13: conférence de Naomi Klein à Paris autour de son dernier livre "Tout peut changer. Capitalisme et changement climatique"

8 avril le Badaboum: Ben Khan

16 avril Cigale: Guts

28 avril New Morning: Terakaft

20 mai Alhambra: Titi Robin et Mehdi Nassouli

jeudi 5 mars 2015

ELO#192 - Après Charlie

Mercredi 4 mars 2015

On n'en finit pas (même si ça ralentit quand même pas mal) de lire des trucs intéressants sur les conséquences de l'après tuerie de Charlie Hebdo. Par exemple, après la question sur les musulmans (racisme ou critique des religions?), se pose la question des femmes (sexisme ou humour?):

#JeSuisMisogyne
C. et D. Billard, Les Mots Sont Important, le 14 février 2015

D'intéressants articles à l'occasion de la sortie du nouveau Charlie Hebdo (la parodie ci-dessus est de Halim Mahmoudi):

L'après Charlie: défis et tensions dans la rédaction (Le Monde)
Arrêt Sur Images, le 20 février 2015

Vieux dossiers, règlements de comptes, rumeurs: l’histoire troublée de “Charlie Hebdo”
Mathieu Dejean et Anne Laffeter, Les Inrocks, le 20 février 2015

Vous vous souvenez de ce prof de Poitiers, Jean-François Chazerans, gauchiste notoire et syndiqué à SUD, suspendu de son lycée et poursuivi en Justice pour avoir osé discuter de Charlie Hebdo dans son cours de Philosophie en des termes qui s'éloignaient un tant soi peu de l'union Nationale? Et bien, avant d'être libéré sans mise en examen, il a quand même été mis en garde à vue pendant huit heures! Et il est toujours suspendu par son lycée et poursuivi, avec procédure disciplinaire, par le rectorat! A suivre donc...

Quant au gouvernement, il prépare une loi anti-racisme qui fait déjà bondir les organisations anti-racistes...

Propos racistes: vers une loi tout noir tout blanc ?
Sonya Faure, Libération, le 3 mars 2015
--------------------------
Le monde de la BD


Un entretien avec Tardi et Dominique Grange:

Des films de Stéphane Mercurio, la fille de Siné, tous les dimanches jusqu'au 5 avril, de 15h à 17h à la Maison Européeene de la Photographie...

Banksy dessine un chaton à Gaza pour intéresser internet
Anne Donadini, Les Inrocks, le 26 février 2015
---------------------------
Musique


A propos de sexisme, cette chanson de Lesley Gore, compositrice, chanteuse, militante LGBT décédée il y a deux semaines, You don’t own me (Je ne t’appartiens pas, 1964, Lesley Gore n'a alors que 17 ans)...


Un petit souvenir de Martin Luther King et (probablement) le meilleur moment de la cérémonie des Oscars: John Legend et Common, Glory:


Un petit reggae sympathique avec Sara Lugo et Protoje, Really Like You:


2 minutes de gospel par Sharon Jones, interrompues par une courte interview.

1 heure de concert de Valerie Simpson, auteur avec son défunt mari, Nick Ashford, des plus grands tubes de Motown.

1h30 de concert avec Tindersticks, le 10 février à la nouvelle Philarmonie de Paris.

Every Day I Have To Cry est un morceau de soul écrit par Arthur Alexander et chanté à l'origine par le chanteur blanc Steve Alaimo en 1962. Il a été repris deux fois en français, la première fois en 1964 par Claude François sous le titre Chaque jour c'est la même chose, et une deuxième fois en 1979 par Eddy Mitchell sous le titre Tu peux préparer le café noir!

Ce même Steve Alaimo, devenu ensuite producteur, a produit la première version de Why can't we live together, composé et interprété par Timmy Thomas en 1972. A peu près son seul succès, il l'a ré-enregistré deux fois, en 1990 et en 2014. Si la version de Sade, en 1984, est probablement la plus célèbre reprise, on compte entre autres celle de 1977 par Tinga Stewart en version reggae, celle de 1982 par Mike Anthony en version disco, celle de Carlos Santana en 1992 en version live, celle de Kyle Eastwood en 1998 en version jazz, celle de Lucky Peterson en 1999 en version blues et celle de Steve Winwood, fidèle à l'originale, en 2003...
-----------------------------------
Agenda


13-14 mars Flamenco en France: Flamenco avec Tomas de Perrate et Amador Gabarri

14 mars Théâtre de Chaillot: Flamenco aussi avec Esperanza Fernandez et Manuel Curao

17 mars Maison de la Musique de Nanterre: concert de Kery James en soutien à deux jeunes palestiennes, Habiba (7 ans) et Leyane (5 ans) victimes d’un incendie domestique dans le camp de Balata en Cisjordanie, qui a coûté la vie à leur grande sœur, et qui ont besoin de soins chirurgicaux spécialisés à l'hôpital Trousseau à Paris...

23-26 juillet Porretta (Italie): le meilleur Soul Festival du monde avec Prince Phillip Mitchell, Theo Huff, Joe Arnold, Sugaray, Derek Martin, Sugar Pie DeSanto, Chick Rodgers, David Hudson, Frank Bey, Anthony Paule, Mike Rinta, Sax Gordon...

jeudi 12 février 2015

ELO#191 - Mort aux Vaches


Jeudi 12 février 2015

Un article sur l'histoire d'une chanson anti-flics, Daloy Polizei, et sur le chanteur canadien Geoff Berner, m'a donné l'occasion d'y ajouter une liste de 50 chansons anti-flics à travers les âges, les styles et les continents... (mise à jour au fur et à mesure)

Daloy Polizei !
Lémi, Article 11, le 7 février 2015

Marche contre les violences policières samedi 14 février à Montreuil et Semaine de résistances à Nantes du 16 au 22 février

1) Yiddish Anarchist Band - Daloy Polizei
2) Geoff Berner - Daloy Polizei
3) N. W. A. - Fuck Tha Police
4) J. Dilla - Fuck the Police
5) Cop Killer - Body Count
6) 2Pac - Trapped
7) Dead Prez - Cop Shot
8) KRS One - Sound of da Police
9) Cypress Hill - Pigs
10) Boogie Down Productions - Illegal Business
12) Public Enemy - Hazy Shade of a Criminal
13) The Fugees - The Beast
14) Wyclef Jean - Diallo
15) The Coup - Swervin
16) Atari Teenage Riot - Start The Riot
17) Rage Against The Machine - Fuck The Police
18) Oi Polloi - Pigs For Slaughter
19) Propagandhi - Pigs Will Pay
20) Dead Kennedys - Police Truck
21) Offspring - L. A. P. D.
22) The Clash - Guns of Brixton
23) Mudhoney - Hate the Police
24) Michael Jackson - They Don't Care About Us
25) Rick James - Mr. Policeman
26) Gil Scott Heron - No Knock
27) Sinéad O´Connor - Black Boys On Mopeds
28) Bruce Springsteen - American Skin
29) Pearl Jam - W. M. A.
30) Frank Zappa - Mom and Dad
31) Phil Ochs - Cops of the World
32) The Equals - Police on My Back
33) Country Joe Mcdonald - Mr. Big Pig
34) The Crickets - I Fought the Law
35) Linton Kwesi Johnson - Sonny's Lettah
36) Alpha Blondy - Brigadier Sabari
37) Bob Marley - I Shot the Sheriff
38) Titaos - Policia
39) Ska-P - Romero el Madero
40) La Rumeur - Je Connais Tes Cauchemars
41) Ministère Amer - Sacrifice de poulet
42) Assassin - L’Etat assassine
43) NTM - Nique la Police
44) Kenny Arkana - Hé Flic
45) Parabellum - Cayenne
46) Trust - Police Milice
47) Georges Brassens - Hécatombe
48) Jeanne Cherhal - Pays d’amour
49) Juliette Gréco - A la belle étoile
50) Jehan Jonas - Flic de Paris
51) Première Ligne - Flic de panam
52) B. James - La police assassine
-----------------------------
Charlie Hebdo


Le numéro de février du Psikopat est consacré à Charlie Hebdo et contient deux de mes textes. En voici deux autres qu'ils n'ont pas eu la place de publier:

Business plan

Tout le monde parle de liberté d'expression, mais quelles solutions trouver pour financer la presse libre ? Examinons les pistes suivies par Charlie Hebdo...

Charlie Hebdo, dans les années 1970, était un journal satirique, drôle, anticonformiste, irrévérencieux, insolent, libertaire, rebelle, parfois vulgaire, borderline ou carrément trash. S'attaquant à tous les fachos, aux patrons, aux banquiers, aux flics, aux militaires, aux curés, aux gouvernants et aux puissants de ce monde, il ne pouvait être populaire qu'auprès d'une toute petite population, très marquée à gauche et assez jeune. Si Charlie Hebdo vendait plus de 100.000 exemplaires, c'est qu'il se ramollissait. Mais c'est son public qui se ramollit après l'élection de François Mitterrand, et Charlie Hebdo doit donc mettre la clé sous la porte en 1981.

Charlie Hebdo, dans les années 1990, s'engage sur une nouvelle ligne, éditoriale et budgétaire, sous la houlette de Philippe Val qui fréquente les ministres, les stars et les grand médias. Après le cobranding avec Libération, il tente le joint-venture entre le journal et la « lutte contre l'islamisme », avec des rebelles comme Bernard-Henri Lévy, et arrive à vendre plusieurs centaines de milliers d'exemplaires de Charlie Hebdo. Faute de mettre la puce à l'oreille des dessinateurs, ça leur met du beurre dans les épinards, augmente le cash flow, mais aussi les frais généraux. Au passage, cette audience artificiellement gonflée leur procure une ouverture vers de nouveaux marchés. Contrairement au Charlie Hebdo des débuts, la communication d'entreprise s'étend maintenant de New York à Sydney et de Téhéran au Caire. Ce nouveau rôle de tête de gondole s'accompagne donc de nouvelles responsabilités et d'un nouveau risk-management, voulus ou non.

Un tel calcul est dangereux. Le fonds spéculatif Charlie Hebdo n'est pas capable de garder ces centaines de milliers de lecteurs qui n'est pas son cœur de cible. A moins de refaire le coup du buzz islamophobe, ce qui sera tenté 3 ou 4 fois, la chute du cours de l'action est inéluctable. Si l'on ajoute à ça la perte de la part de marché fidèle à Siné, l'hebdomadaire est voué à la faillite. Désespérés, et ayant renié leur culture d'entreprise initiale, Charb, Cabu et Bernard Maris vont chercher un business angel, le 29 septembre 2014, auprès... du président de la République française ! Cavanna a du se retourner dans sa tombe. L'opération marketing de Philippe Val leur aura donc fait perdre tour à tour leur honneur, leur fric (*) et, à la fin, leur peau.

(*) A ceux qui suggèrent que pour renflouer les caisses, il suffirait d'organiser un attentat (30 millions d'Euros de dons attendus), je rappelle que la moitié de la rédaction ayant été assassinée, cette opération ne pourrait pas être pratiquée plus de deux fois.
--------------------------------------

Trois moments de la vie de Charb

Dix ans de nouvel an avec Charb... souvenirs, souvenirs...

31 décembre 2005, nouvel an chez Siné et discussions chaleureuses avec Charb. Contrairement à ce qui se dit aujourd'hui, bien avant les menaces, il expliquait déjà qu'il ne voulait pas d'enfants. On parle aussi de politique, et je lui demande pourquoi Philippe Val dans Charlie Hebdo défend les Israéliens contre les Palestiniens. Il m'explique sans détour que, selon lui, Val est purement et simplement raciste. Il n'aime pas les Arabes, il pense qu'ils sont bêtes, peu éduqués et rétrogrades. Du coup, dans un conflit entre des Arabes et des Israéliens qui « nous » ressemblent, sont civilisés et lisent Spinoza, il a choisi son camp. Charb, qui revient de Palestine et parle un peu arabe, est effaré et ne se prive pas de le dire dans le journal.

31 décembre 2007, nouvel an chez Siné. Je suis mécontent de la dérive islamophobe de Charlie Hebdo, mais on peut continuer à en discuter avec Charb qui essaye encore, avec Siné, de faire contrepoids à Val dans son journal. Mon dernier souvenir de lui date des premières heures du 1er janvier 2008, quand Siné est trop alcoolisé pour être capable de rejoindre seul son lit. Charb et moi, pas trop bourrés, l'empoignons à deux (il est lourd le Bob!) pour l'emmener dans sa chambre et le coucher.

31 décembre 2014. Depuis que Siné s'est fait virer de Charlie Hebdo, et puisqu'il ne l'a pas défendu, la punition de Charb était de faire du baby-sitting le soir du nouvel an, chez Bénabar. Sa mort l'aura au moins délivré de ce sort, et le voici parti pour un dernier Paris-Pontoise...
-----------------------------
Les parodies continuent suite au site web Stop Djihadisme...


Tous à Nantes la semaine prochaine:

Numéro vert #StopDjihadisme: un musulman se sentant visé appelle....

Les signes de radicalisation:

#StopTéléRéalitisme:

Coulibaly Coulibalot, Frédéric Fromet, France Inter, le 21 janvier 2015:

Dutch children apologize for terrorism:

Mais aussi les textes sérieux:
Devrais-je faire semblant ?
Azzouzi Abdel-Rahmène, Le Monde des Religions, le 10 février 2015
---------------------------------
Actualités


Making-of de la Une de Siné Mensuel
Stéphane Mercurio, Youtube, le 3 février 2015

Le nu, étendard sexiste des valeurs occidentales
André Gunthert, L'Image Sociale, le 9 février 2015

Mort de l’écrivain sud-africain André Brink. Comme d'habitude, pas un mot sur son engagement dans BDS dans sa nécrologie du Monde, alors rappelons Alain Gresh à la rescousse dans cet article de 2010:

Pour Charles Richet les noirs étaient inférieurs aux singes. Par respect pour notre Humanité, changez le nom de l'hôpital de Villiers Le Bel. Pétition:

Lettre à Tricky: reconsidérez votre projet de concert en Israël de l'apartheid
Ismahane, Patrizia, Erwan and Dror, La Campagne BDS France, le 9 Février 2015

Les habitants de Gaza trouvent des façons différentes de faire face à la vie sous occupation et, pour un groupe de jeunes hommes qui se fait appeler le Camp Breakerz Crew, la danse est un exutoire essentiel. Le groupe est une équipe de break dance organisée depuis 10 ans et, en 2012, ils ont décidé de partager leur passion avec la communauté en ouvrant une école dénommée la CB Crew académie des arts dans le camp de réfugiés de Nusirat. Ils sont actuellement en train de récolter des fonds pour construire une seconde académie dans le nord de Gaza, une zone particulièrement touchée par le siège de l’été dernier. Dans cette vidéo, le CB Crew danse au milieu des décombres omniprésents de Gaza. Regardez leurs mouvements:

Boycott from Within vient d'écrire à Plantu:
----------------------------------
Musique (audio)


Le père et leader de la famille Staples, mort il y a 15 ans déjà, revient sous forme d'un disque de chansons qu'il n'avait pas finies et que sa fille Mavis Staples a terminées pour lui. En voici deux extraits: Friendship et Somebody Was Watching. Et le disque en écoute en entier pendant un temps limité:
http://www.npr.org/2015/02/08/383322349/first-listen-pops-staples-dont-lose-this

Variations autour d'un thème de James Brown (1). I Got You était au départ une chanson de Rythm and Blues écrite pour Yvonne Fair en 1962, I Found You. En 1964, James Brown en sort sa version Soul, I Got You. Et en 1965, il en sort la version Funky définitive, I Got You (I Feel Good).

Variations autour d'un thème de James Brown (2). Out of Sight est un morceau Soul de 1964 dont la rythmique peut être triturée pour donner des morceaux plus Funky comme Papa's Got a Brand New Bag en 1965 ou Get It Together en 1967. En 1969, James Brown se parodie lui même en sortant You're Still Out of Sight. Pour finir, une petite perle avec cette version live de Papa's Got a Brand New Bag par Tom Waits en 1987!
---------------------------
Musique (vidéo)


Je ne déteste pas les Beatles. Il y a quelques chansons qu'ils ont écrites qui sont vraiment très jolies. Mais il y a aussi pas mal de morceaux d'une banalité affligeante, avec une rythmique, une mélodie et une instrumentation abyssale. Parmi ceux là, j'aurais compté la chanson Wait. Ce qu'en fait Bettye Lavette ici (chez Letterman) est de l'ordre du miracle, ou de l'alchimie, l'art de transformer le plomb en or...


Oxmo Puccino avec Ibrahim Maalouf - La Porte Bonheur:


Orchestre National de Barbes - Sympathy for the Devil:


Ray Charles, October 1966

Jimmy Cliff, Paris Juin 1967

James Brown Medley, February 1968

Aretha Franklin, Novembre 1968

Marvin Gaye, January 1969

Ella Fitzgerald, January 1969

Diana Ross, March 1969

Stevie Wonder, March 1969

James Brown, March 1969

Gladys Knight, March 1969

Gladys Knight, October 1969

Stevie Wonder, Novembre 1969

Sam and Dave, January 1970

Dusty Springfield, January 1970
-------------------------------------
Concerts

21 février Flamenco en France: Carmen Ledesma, danse; La Armenia, palmas et danse; Cristo Cortes, chant; Dani Barba Moreno, guitare

28 mars Sunside: Kicca

mercredi 4 février 2015

ELO#190 - A propos du site Stop Djihadisme




Mercredi 4 février 2015

Deux sites critiques:

Je comprends qu'on soit choqué par le racisme, les préjugés et les stéréotypes qui sont véhiculés par de tels graphiques, mais au delà du racisme de ses auteurs, ce que cela montre aussi, à mon avis, c'est surtout la nullité crasse de tous les auto-proclamés experts qui travaillent sur ces questions et qui, tous les jours, nous sortent des articles définitifs sur les critères de profilage infaillibles pour identifier un futur djihadiste. Chaque jour ils se trompent et un contre exemple vient les ridiculiser encore plus. Il semble y avoir autant de raison de devenir djihadiste (ou en tout cas de vouloir partir en Syrie ou en Irak) que de candidats.

La seule façon d'endiguer ces départs serait d'influer sur leur cause initiale, c'est à dire de faire cesser la guerre en Syrie et en Irak, à commencer par l'implication de la France dans ces combats. Bien sûr, ça ne doit pas être facile, mais les pays occidentaux et leurs alliés ne semblent même pas essayer, ils jettent au contraire de l'huile sur le feu. USA, France, Israel, Qatar, Arabie Saoudite financent et arment des milices qui ensuite leur échappent

On disait, il n'y a pas si longtemps que les pays occidentaux, n'ayant pas sous la main de solutions de rechange durable aux dictateurs Bachar El Assad et à Saddam Hussein, se contentaient de pays qui s'entre déchiraient, s'entre tuaient, et ne pesaient plus sur la scène internationale, ni contre les visées impérialistes des uns et des autres, ni contre le contrôle des ressources pétrolières de la région. Tôt ou tard, ce jeu cynique finit par faire des dégâts incontrôlables, de pompier pyromane, on devient arroseur arrosé. Pour moi c'est ça, et uniquement ça, qui compte. Ce terrain de guerre qui fait des dizaines de milliers de morts par an, dans l'indifférence voire avec la complicité de tous. Qu'après, certains individus de France, aux profils et aux motivations multiples, veuillent y participer, c'est un détail à mon avis...

Cette histoire fait écho à une histoire un peu plus vieille:


Les actes islamophobes ont dépassé les 150 dans les 2 semaines qui ont suivi les tueries, celle des enquêtes pour apologie du terrorisme ont dépassé les 250, avec quelques cas aussi emblématiques que ridicules, celui de cet enfant de 8 ans arrêté, celui de cet enfant de 9 ans (j'ai cru que c'était le même, mais en fait il y en a bien deux!), celui de cet homme bourré arrêté à tort pour vol de voiture, bousculé par les flics et requalifié d'apologue du terrorisme, celui de ce témoignage pro-djihadiste complètement inventé par un prof...

Une pétition d'Amnesty International: M. le Président, préservez nos libertés


Est-ce que le but visé, sous prétexte du choc et d'une sévérité particulière de la police et de la justice, ne serait pas plutôt de viser ceux qui, par ailleurs et sans aucun rapport avec les faits contestés, dérangent une société qui veut continuer à exploiter tranquillement les mêmes et au profit des mêmes? En effet, on commence à voir une tendance, avec ce prof d'extrême gauche de Poitiers (tiens, tiens, voir ci-dessus) suspendu, avec ce syndicaliste de SUD mis à pied:

On se réjouit dans ce contexte de ce texte collectif: Contre l’union sacrée, pour une union anti-raciste et populaire

Et que penser du dernier disque d'Akhenaton, d'IAM, Je suis en vie? Est-ce une façon détournée de dire "Je ne suis pas Charlie"? Est-ce de l'apologie du terrorisme déguisée?
---------------------
Le monde de la bande dessinée


Roderic Mounir, Le Courrier (Genève), le 22 janvier 2015

Ethan Heitner et Dror, Le Nouvel Obs, le 29 janvier 2015

Laurent Bonnefoy, Orient XXI, le 23 janvier 2015

Comme si de rien n'était, comme si Gaza n'avait pas été bombardée pendant 50 jours l'été dernier sans aucune pitié, Plantu se rend au prochain salon du livre de Jérusalem...

Geluck sur une télé belge. Le principal problème, à mon avis, n'est pas de "caricaturer le prophète", le problème est de faire des dessins racistes. Caricaturer le prophète n'est pas raciste en soi. En revanche, dessiner tous les personnages musulmans comme bêtes, sales, rétrogrades, violents, machistes, vulgaires etc, ça c'est raciste, et Geluck ne semble pas comprendre ça. Mais il sent quand même qu'il y a un problème, et c'est déjà ça, c'est déjà mieux que Riad Sattouf (voir ci-dessus).
------------------------------
Grèce


La bonne nouvelle de la semaine, venue de Grèce: la victoire de Syriza malgré la mort de Demis Roussos, et en prime la photo du nouveau ministre de l'intérieur... Est-il encore temps pour une coalition des extrêmes gauches d'Europe pour changer le monde?


----------------------
Photos


(caricature du journal marocain Al Watan Al Ane)


-----------------------
Musique

Don Covay vient de mourir. Bon chanteur, il est surtout connu pour avoir composé une floppée de tubes pour les autres (Letter Full of Tears, Mercy Mercy, You're Good For Me, See Saw, I Don't Know What You've Got But It's Got Me, Chain of Fools, That's How I Feel, I Was Checkin' Out She Was Checkin' In...), et aussi pour être LA voix qui a inspiré Mick Jagger. Si vous l'écoutez, vous avez l'impression d'entendre Jagger, mais c'est bien l'anglais qui a copié son aîné noir américain...

Backwater Blues par la très jeune Betty Harris (alors appelée Betty Janette), 19 ans au Festival de Newport en 1960:


L'orchestre des jeunes de l'université George Mason en Virginie joue Killing in the Name of, de Rage Against the Machine:


Une très jolie danse du ventre de la star egyptienne Randa Kamel, sur une chanson de Warda, Fi Youm Wa Laila:


Bettye Lavette, live avec son mari: Baby What You Want Me To Do?

 

Bettye Lavette donne un cours de blues à 4 chanteuses amateur:


Sharon Jones, Making Up and Breaking Up chez Letterman:


De Ma Vie, la reprise en français de 1966 du Rescue Me (de Fontella Bass en 1965) par... Sylvie Vartan!!! Et sinon, 10 ballades à se couper les veines (une demi heure)...

Près de 4h de James Brown en deux mix:
-----------------------
Concerts


50 minutes de Aretha Franklin à Antibes en 1970.

James Brown est passé à l'Olympa en 1966, 1968 et 1971. Le passage de 1971 est fantastique, mais je l'ai déjà posté ici. Voici celui de 1968:


45 minutes de carte blanche à Oscar Peterson sur la BBC en 1980, il invite Joe Pass et Count Basie:


Un concert d'une heure de Ledisi à ses débuts, en 2008, au Festival de Newport.

Un concert d'une heure de deux fils Marley qui enchaînent à chaque fois un titre du papa et un titre personnel, c'est pas mal, Stephen et Damian Marley aussi au Festival de Newport 2008.

20 février Bataclan: Tricky, mais attention, Tricky a aussi prévu un concert en israel le 26 février, alors la priorité est d'abord d'essayer de le convaincre d'annuler son voyage avant d'envisager d'aller l'écouter chanter...

5 mars Studio de l'Ermitage: Native

9-10 mars Duc des Lombards: Lonnie Smith

12 mars New Morning: Fishbone

16 mars Théatre de la Ville: Joana Amendoeira et Nancy Vieira

26 mars Cigale: Vicente Amigo

22 avril Alhambra: Raul Midon