mercredi 22 juillet 2015

ELO#202 - Les débuts de Patti Smith


Mercredi 22 juillet 2015

Lisez Just Kids l'autobiographie de Patti Smith. A 21 ans, en 1967, elle rejoint New-York et rencontre Robert Mapplethorpe. Il ne voulait pas être photographe, mais peintre. Et elle ne voulait pas être chanteuse de rock, mais poète. Le guitariste Lenny Kaye propose pourtant à Patti Smith, le 5 juin 1974, d'ajouter de la musique à son poème Piss Factory et en fait leur premier 45t, avec Hey Joe sur l'autre face.

En avril 1975, avec les mêmes musiciens et sans batteur (Lenny Kaye restera son guitariste toute sa vie, jusqu'à aujourd'hui), elle investit la scène du CBGB à New-York. Pour elle, ce ne sont pas des concerts, mais des improvisations entre une poète, un guitariste et un pianiste, ce sont des "créations musicales". Il en reste quand même quelques pirates comme celui ci du 17 avril 1975 (We're Gonna Have A Real Good Time Together; Redondo Beach; Birdland; Space Monkey; Distant Fingers; Gloria).


Un peu plus tard, le 28 mai 1975, elle accepte de donner un véritable concert au profit de la radio WBAI avec ses amis musiciens. C'est donc le premier vrai concert de Patti Smith, avant de se consacrer entièrement à la musique, de fonder son groupe, de sortir son premier disque, Horses en décembre 1975, de tourner dans le monde entier, et de devenir célèbre. Ce document historique, longtemps disponible en pirate, est sorti officiellement en CD en 2014 sous le nom de Depravity. Le son n'est pas trop mauvais, sa voix est bonne, elle raconte beaucoup d'histoires et de blagues entre les morceaux, le répertoire est bon (des morceaux qui vont peupler ses trois disques suivants, un inédit (Snowball), un morceau du Velvet Underground, un des Marvelettes et un des Quintones)... et il est en écoute ici:

Elle raconte aussi un peu cette histoire dans ce documentaire, Dream of Life, de Steven Sebring (2008):
-----------------------------------
Palestine
 

Dominique Grange offre à la Campagne BDS France l'exclusivité de son nouveau titre consacré à la Palestine: Détruisons le Mur!



Encore une française interdite d'entrer en israel, encore un village palestinien, Susiya, sur le point d'être détruit, et encore une pétition...
------------------------------------
Grèce


Alors que le 6 juillet on croyait au cocktail ouzo-champagne, le 14 juillet on se relève avec une gueule de bois qui n'est pas due au bal des pompiers de la veille. Les informations de Grèce sont déprimantes, décourageantes, tristes pour la Grèce et pour les peuples du monde entier qui se font battre, écraser, voler, humilier et ruiner par les banques...

L'Europe en général et l'Euro en particulier étaient nés d'un engagement de solidarité entre pays européens, où les pays riches aideraient les pays pauvres à s'en sortir. Aujourd'hui, ils sont utilisés pour attacher les mains et enfermer les pauvres sous la coupe des banques. Peut-on encore croire à une quelconque utilité positive à l'Euro, à l'Europe, voire à la démocratie?

Parmi cet océan de mauvaises nouvelles, les articles de Yanis Varoufakis, témoin aux premières loges de la violence en col blanc, analyste fin (et beau!), et enfin libre d'en témoigner publiquement sont une bouffée d'air frais... A la veille de l'accord scélérat, il déclarait déjà: "Pour sortir de l'eurozone, nous devrions créer une nouvelle monnaie à partir de zéro. Dans l'Irak occupé, l'introduction d'une nouvelle monnaie de papier a pris presque une année, 20 Boeing 747s, la mobilisation de la force d'armée des USA, trois sociétés d'impression et des centaines de camions. En l'absence d'un tel support, le Grexit reviendrait à annoncer une grande dévaluation plus de 18 mois à l'avance: une recette pour liquider tout le capital social grec et le transférer à l'étranger de toutes les façons possibles." Au lendemain de l'accord, il le qualifiait à nouveau de Traité de Versailles, ou de Coup d’État, et citait Paul Krugman: "quelle que soit l'opinion que l'on peut avoir de Syriza ou de la Grèce, ce ne sont pas les Grecs ou Syriza qui ont ruiné le rêve d'une Europe démocratique et unie."

Je comprends d'autant mieux cette pétition adressée à François Hollande: Nous voulons Varoufakis !
----------------------------------
Racisme en France

Migrants à Paris: 222 personnalités (dont Juliette Binoche, Omar Sy, Virginie Despentes, Arnaud Desplechin, Pascal Légitimus, Robert Guédiguian, IAM, Elli Medeiros, Jean-Baptiste Mondino, Charlotte de Turckheim...) de la culture se mobilisent
Télérama, le 9 juillet 2015

Si besoin était, encore une étude qui prouve la discrimination à l'embauche que subissent les musulmans (et pas juste parce qu'ils sont pauvres) en France: Laïcité et inégalité : l’hypocrisie française
Thomas Piketty, Libération, 15 juin 2015

L'État et des collectivités locales ont été condamnés, le 27 juin dernier, pour des faits de discriminations et pour violations des droits des enfants roms. Un vrai-faux procès organisé par les associations intervenant sur les bidonvilles de France: « Des enfants brûlent… »
Pierre Duquesne, Habiter la Ville, le 29 juin 2015

Lorsque quelqu'un se fait arrêter par un flic dans une manif, il existe plein de façons de le libérer. Voici 10 exemples, soit pour en admirer l'ingéniosité, soit pour en tirer des leçons: De-Arrests are Beautiful
Mask Magazine, juin 2015
--------------------------------------
Joey Starr


Extraits d'une note de lecture de Thomas-Léopold sur l'autobiographie de Joey Starr, Mauvaise Réputation, écrite avec Philippe Manœuvre en 2006:

Il y relate son enfance et ses premières influences, par l'intermédiaire de son père: "de Bob Marley à Eddy Mitchell reprenant les classiques rockabilly. J’ai droit à tous les standards, Mon vieux ou Yellow Submarine et puis de temps en temps, il passe un bon Otis Redding, un Roy Ayers. Les gens des Caraïbes ont toujours baigné dans la soul venue d’Amérique. Et le reggae n’a pas épargné les Caraïbes françaises. Mon père joue du créole, puis sort son arme secrète, le quart d’heure slows avec Eddy Mitchell et La fille aux yeux menthe à l’eau […] Quand il sort le soir, c’est sans rien me dire […] il ne donne jamais d’explications. Ça aurait pu créer une complicité entre nous, de me dire ce qu’il allait faire, même s’il ne m’emmenait pas..." (p. 12). Mais aussi par lui même: "Pour toi, ce qui est bon c’est de se retrouver en dehors du contexte familial, de respirer avec les potes […] On écoute de la musique, on essaye de rentrer en boîte. En vain. Alors on danse dans la cité. Jazz funk, jazz rock, d’un seul coup, cette musique funk devient la nôtre. Les grands sortent de curent de désintox, de prison. Eux sont à fond dans Barry White, James Brown. En âge d’aller en boîte, en concert, ils ont vu Bob Marley au Bourget" (p. 31) "Cet été-là, sur le parvis du Trocadéro, j’ai vu des Américains breaker, notamment un type nommé Sugar Pop qui a fait une démonstration d’une demi-heure. J’ai pris une claque monumentale […] Nous sommes trente jeunes de banlieues diverses à faire attention à ces deux Américains avec un gros poste, en train de danser" (p. 36). Il parle également de reggae: "De ce côté-là, j’ai été pas mal éduqué par LKJ, le poète Linton Kwesi Johnson et d’autres. J’étais même allé le voir en concert à la Mutualité" (p. 78). Et il cite Jimi Hendrix, découvert plus tard: "C’est au Crillon que Béatrice [Dalle] m’a fait découvrir Jimi Hendrix et les cigarettes piégées. Je crois que jamais je n’oublierais jamais cette première fois où, sous freebase, j’ai ré-entendu "Hey Joe" sortant de son petit ghetto-blaster dans la suite cinq étoiles..." (p. 147).

Il y raconte également les déboires de NTM avec la censure. Par exemple, le texte de la chanson Police suscite la polémique en raison des paroles ""Police, machine matrice d’écervelés mandatés par la justice sur laquelle je pisse"  […] Le préfet Marchiani, qui se décrit dans la presse de l’époque comme "représentant de l’état, chrétien et homme" et dort ces jours-ci au quartier VIP de la Santé, avait déjà réussi à déprogrammer notre passage au festival de Châteauvallon". Ces difficultés s’étaient déjà rencontrées avec Charles Pasqua, qui "avait essayé de nous attaquer pour Pass pass le oinj’ (incitation à la drogue) et deux syndicats de policiers pour Police (incitation à la haine anti-flics)" (p. 182).  "C’est pas parce qu’on a sorti J’appuie sur la gâchette qu’il y a eu une recrudescence de suicides chez nos fans. C’est pas non plus parce qu’on a écrit Pass pass le oinj’ que les gens se sont mis à fumer ! Ces événements ont du bon, de ce fait et à cette époque, tout le monde nous reconnaît à notre valeur" (p. 183).

Il raconte sa rivalité avec le groupe de rap marseillais IAM: "Je découvre la première cassette de IAM, Concept, à Nice. Nous sommes en 1989 […] Après la sortie de la compilation Rapattitude, je fais écouter cette cassette à plein de gens, notamment Laurence Touitou de Delabel-Virgin, diverses personnes de chez Sony. J’avais même pratiquement trouvé une maison de disques aux IAM" (p. 123). Il précise que "Artistiquement, on a toujours respecté IAM. Le problème c’est leur attitude, super démagogique, qui nous dérange" (p. 124) mais aussi que "Sur leurs albums j’adore certains morceaux, j’en déteste la plupart. Tout n’est pas bon à prendre, mais quand c’est bon à prendre, pas de soucis, c’est super bon. Sinon bien sûr il y a leur trip pharaonique, source de bien des vannes esclavagistes […] Les IAM ont toujours été conceptuels alors que les NTM arrivaient habillés en profs d’éducation physique. Les IAM n’ont jamais supporté notre regard […] Le problème des IAM, en gros, c’était celui d’une certaine province: ils s’imaginaient qu’on rigolait d’eux toute la journée. Alors que non. On se foutait d’eux quand on les voyait, le reste du temps, IAM, on s’en battait les couilles" (p. 128-129).

Et celle entre Saint-Denis, dont il est originaire, et Sarcelles: "Entre Sarcelles et Saint-Denis, ça a toujours été chaud" avant de préciser que "Mais la vraie embrouille avec Sarcelles et la secte Abdulaï remonte à l’époque des graffitis […] Quand Sarcelles taguait sur Saint-Denis, on venait recouvrir leur marque, évidemment […] Ensuite ils se sont mis à mal parler dans les journaux. Stomy Bugsy, Passi, Gynéco... Ils passaient leur temps à descendre NTM..." (p. 177). "Un jour, je fais un live solo au Bataclan […] avec le groupe rasta RMI et le clavier de Bob Marley, Tyrone Downie. On fait la balance l’après-midi avec Kossity quand, au moment de sortir de la salle, il se fait super mal parler par Djamatik des Neg’ Marrons. Kossity ferme sa gueule […] Très vite, dans les loges, dix mecs viennent sur moi, me poussent, m’asticotent […] Tyrone Downie déboule sur ces entrefaites. Le clavier de Marley a assez d’autorité pour les calmer et arrêter le lynchage. Cet incident du Bataclan ravive la vieille discorde Saint-Denis/Sarcelles" (p. 178-179) avant de conclure sur le groupe des Ministère Ämer, "avant ils étaient soi-disant plus hardcore que nous. Aujourd'hui ils sont prêts à manger à tous les râteliers. L’un d’entre eux fait de la variet’, l’autre est devenu acteur, le troisième fait du zouk. En attendant, moi je fais toujours du hip-hop, et je n’ai jamais cessé d’en faire. J’ai toujours été le vendu mais je n’ai toujours fait que du hip-hop" (p. 179-180).
---------------------------------
Rap en arabe


Même si je ne comprends rien, je trouve ça super!:

Ewlad Leblad, du rap de Mauritanie:



Dizaster vs. Edd Abbas, du rap du Liban:



Et, sur le même sujet, l'exposition sur le hip-hop rate les « printemps révolutionnaires »:
Thameur Mekki, Orient XXI, le 17 juillet 2015
---------------------------------
Deux chansons


Sixty Minute Man, une chanson d'amour et de sexe, par les Dominoes en 1951, et Closure, une chanson d'amour et de rupture, par Jill Scott en 2015...
---------------------------------
Agenda


24-25 juillet 18h Péniche Le Marcounet (14 quai de l'Hôtel de ville, P4): Sambuca Trio
25 juillet Cabaret Sauvage: Soul Stéréo Rub a Dub Party
26 juillet 11h30 la Bellevilloise: Jazz brunch avec Sambuca Trio
26 juillet 18h30 La Villette: Bollywood Orchestra
29 juillet 21h le Café Universel (267 rue Saint Jacques, P5): Sambuca Trio
29 juillet Maison des Métallos: Fanfaraï
31 juillet Duc des Lombards: Aziz Sahmaoui

11-12 août Sunside: Eric Legnini
13-15 août Sunside: Giovanni Mirabassi
17-19 août Duc des Lombards: Bireli Lagrène
28-29 août Sunside: René Urtreger

3-13 septembre La Villette: Jazz à La Villette avec entre autre Malted Milk, Toni Green, Lee Fields, Steve Coleman, Magik Malik, Camille, Sandra Nkaké, Archie Shepp, Melvin Van Peebles, Heliocentrics, Toni Allen, Mos Def, Robert Glasper, The Bad Plus, Romano-Sclavis-Texier,
4-5 septembre Sunside: Laurent De Wilde
10-12 septembre Sunset: Stéphane Belmondo
11-13 septembre La Courneuve: Fête de l'Huma avec Manu Chao, Tikken Jah Fakoly et d'autres...
12 septembre Sunside: Manu Le Prince
23 septembre La Boule Noire: Eli Paperboy Reed

17-18 octobre Sunside: Dee Alexander
19 octobre New Morning: Lucky Peterson
30 octobre New Morning: Lizz Wright

vendredi 3 juillet 2015

ELO#201 - La Fable de l'Atmosphère


Vendredi 3 juillet 2015

J'ai écrit ce texte il y a 10 ans, en juillet 2005, et, sans modestie, je trouve qu'il a bien vieilli, alors je lui donne une deuxième jeunesse en le publiant ici. Pour la nostalgie, mais aussi pour les leçons à tirer d'une expérience de gentrification observée presque en direct...

Le café "L'Atmosphère" a beaucoup changé en 10 ans. Situé au coin des rues Lucien Sampaix, de la rue des Récollets et du Quai de Valmy, le long du canal Saint Martin il est, à mon avis, un beau témoin de l'évolution de ce quartier et de ses habitants, en particulier de ses nouveaux habitants souvent appelés bobos parisiens...

1993. Le canal Saint Martin est "infréquentable". On parle de drogue et de prostitution masculine, c'est dangereux. De toute façon, on ne voit pas trop bien ce qu'on pourrait y faire. C'est moche, y a pas un café d'ouvert. Enfin, si, il y a l'Atmosphère. Tenu par une Algérienne qui raconte son parcours dans le film "Mémoires d'Immigrés" de Yamina Benguigui. C'est un café "quelconque" comme il y en a des tonnes à Paris, peu luxueux, peu cher, fréquenté par des ouvriers, des chômeurs, des classes défavorisées, beaucoup d'immigrés... Il est au rez de chaussée d'un immeuble délabré, habité par le même genre de population... Au même moment, la rue Oberkampf est tout aussi triste et peu fréquentée.

1995. La rue Oberkampf commence à faire parler d'elle: le café Charbon, la boite le Cithéa où on entre même en jeans/basket, la Favela Chic (la première), le restau brésilien pas cher, avec des bancs en bois pourri... D'abord de jeunes étudiants branchés et sympas, puis petit à petit toute la population branchée parisienne. Mais tout ça n'est pas encore arrivé jusqu'au Canal...

1998. Ouverture de Chez Prune, au coin de la rue Beaurepaire et du Quai de Valmy. Ca y est, la "hype" a rejoint le canal. Ce bar tabac est réaménagé avec des couleurs vives et jeunes. On y voit en terrasse Elodie Bouchez ou Romain Duris, acteurs cultes du moment. L'Atmosphère reste un café plus discret, qui garde son mobilier de bar traditionnel, connu de quelques jeunes étudiants qui profitent de ses prix bas et de sa simplicité. Ils arrivent facilement à convaincre la patronne de les laisser mettre leur musique, l'un d'entre eux se fait embaucher comme barman et commence a concocter des caïpirinhas et de fameux petits rhums arrangés. Souvent les soirées durent bien au delà du couvre feu officiel d'1h du mat, tous les soirs de la semaine et débordent sur le trottoir, voire même sur le quai. C'est sympa, le 21 juin pour la fête de la musique, de mélanger la musique arabe et la techno. Certains entendent parler d'appartements qui se libèrent au dessus et y emménagent. D'autres rejoignent juste à côté le squat de l'ancien couvent des Récollets qui résiste pour ne pas devenir un projet immobilier de merde.

2000. Victoire. Le projet immobilier est annulé. Le jardin va être rénové, le couvent va être transformé en logements sociaux avec des ateliers d'artistes. Des associations de quartier se sont constituées et les réunions se passent souvent à l'Atmosphère, qu'on commence à appeler "L'Atmo". Le café n'est plus fréquenté que par des jeunes rebelles, étudiants, de gauche, décidés à faire de ce quartier LEUR quartier, qu'ils protègeront des bourgeois mais aussi de l'atmosphère "rue Oberkampf", qui n'est déjà "plus comme avant". Ils sont solidaires des indiens du Chiapas et des paysans sans terre du Brésil. Ils sont de tous les combats à la mode: le mariage homo, la protection de l'environnement etc... Ils sont aussi, théoriquement, pour les sans papiers et les ouvriers, mais pas au point de manifester pour et surtout pas au point de se rendre compte qu'ils les ont viré de leur quartier sans retour possible. Ils arrivent, entre autre, à obtenir que l'immeuble de l'Atmosphère soit déclaré insalubre et remis à neuf par la Mairie de Paris. Ce quartier votera PS, Vert et extrême gauche en masse l'année prochaine aux municipales. Lors de ces réunions animées, musicales, alcoolisées et enfumées, des couples se font. En plus de boire, les jeunes apprennent l'importance de l'engagement et de la confrontation avec le pouvoir pour améliorer leurs conditions de vie. Ils terminent leurs études et commencent à travailler...

2001. Certains jeunes commencent à gagner pas mal d'argent et le steak haché purée de l'Atmo, y'en a marre. Ca tombe bien, une nouvelle boutique a ouvert juste à côté: Antoine et Lili. Boutique d'objets très mignons, ethniques ou "de récup'", vendus 10 fois le prix qu'on les trouve aux puces. Il y a aussi un restau nettement plus cher mais nettement meilleur, bio, et c'est d'autant plus important que... madame est enceinte. Il va falloir déménager dans plus grand alors on achète des taudis une bouchée de pain et on retape le tout, on installe des ascenseurs, le prix des charges augmente, tant pis s'il y en a qui ne peuvent pas suivre et qui déménagent. De temps en temps, ils culpabilisent de leurs contradictions et, par nostalgie, le soir, ils se retrouvent à l'Atmo pour un dernier verre. Mais pas trop tard parce que le lendemain matin, on a une réunion importante au boulot, il faut être sage maintenant, on n'a plus 20 ans... Fin de l'année, naissance du petit. Il ne fait pas ses nuits, c'est crevant. Et c'est encore plus dur parce qu'il y a encore des "inconscients" qui jouent de la musique à fond, juste à côté, à l'Atmo jusqu'à minuit, voire même minuit et demi, en pleine semaine! On ne peut plus dormir. Un soir, on craque, on appelle les flics. Non mais c'est vrai quoi, y en a qui exagèrent. D'ailleurs, c'est pas un mal que le prix des loyers augmente et que la population soit un peu plus "responsable".

2002. Ca y est, les poussettes commencent à faire leur apparition le long du canal. On a bien fait de réclamer la rénovation du jardin, c'est sympa avec les enfants. Les attentats du 11 Septembre nous on fait réfléchir. Y'en a marre de culpabiliser. On vit dans un mode capitaliste, il faut arrêter de rêver, Strauss-Kahn le dit aussi. Le Chiapas c'est loin, les sans papiers font le jeu des terroristes et la musique arabe n'est plus à la mode. Ce qui est important c'est les pistes cyclables et le manque de places en crèche. Mais pour ça, pas la peine de voter LCR. En Avril, on votera PS et Vert en masse. Mais a cause du reste du pays (quels beaufs...) c'est Le Pen qui sera au second tour. Pendant une après midi de manifestation, le 1er Mai, on retrouvera l'atmosphère rebelle de notre jeunesse: "c'est hyper grave, le fascisme est à nos portes, nos potes européens se moquent de nous, Le Pen va couper toutes les subventions dans les quartiers pauvres comme le nôtre, on n'aura plus de places en crèche, le salop..." Ouf, c'est Chirac qui passe. On a réussi à obtenir que le canal soit fermé à la circulation automobile le dimanche après midi. C'est le royaume des rollers, trottinettes et poussettes. D'ailleurs, maintenant, c'est le Dimanche que l'Atmo est le plus animé. Les autres soirs, c'est redevenu juste un bar comme un autre, qui n'a toujours pas changé de look, contrairement aux clients (ce n'est plus très rare d'y voir des cravates), mais surtout il y en a moins qu'avant parce qu'ils ne s'y sentent plus aussi bien.

2003. C'est la fin d'une époque. La fin des travaux du jardin et du couvent des Récollets. Dernier bâtiment inauguré: la Crèche Valmy, rue des Récollets, attenant à l'Atmo. Victoire politique digne de 1789 pour ce qui restera probablement leur dernier combat... Un nouveau bar a ouvert en face: le Sporting. Look ultra moderne, il est prêt à accueillir cette nouvelle clientèle. Bouffe et cocktails sophistiqués, prix très élevés, musique lounge d'ambiance, portes insonorisées pour ne pas indisposer le voisinage mais aussi pour se couper de la plèbe... L'Atmo essaye de s'adapter. Avec l'argent gagné il achète la petite boutique à côté et agrandit le café, mais toujours avec le même look. Cela reste un café sympa, mais l'ambiance a disparu de ce quartier...

Dror, le 2 juillet 2005
-------------------------------
Les morts du mois


Si on met de côté les boucheries de Saint Quentin Fallavier, Sousse et Koweit City, on pleure aussi la disparition de musiciens qui étaient censés adoucir les moeurs...

Mighty Sam McClain, encore un de ces chanteurs de soul blues à la voix magnifique mais qui, pour on ne sait quelle raison, n'a jamais percé. Je vous avais déjà envoyé ses expériences récentes avec Mahsa Vahdat (2010), de soul gospel mélangé avec du chant persan. Après près de 50 ans de carrière, il laisse aussi quelques disques derrière lui dont l'une des plus belles versions de A Change Is Gonna Come (1984), et un magnifique blues: A Soul That's Been Abused (1987).

Magali Noël, qui n'a pas chanté que Fais moi mal, Johnny, mais aussi d'autres chansons de Boris Vian, comme ce joli Oh, c'est divin (1957).

Eddy Louiss, organiste que tout le monde aime, en big band, en trio avec Paco Séry et Michel Alibo, en duo avec Michel Petrucciani, ou même en solo. En big band, voici une heure d'Eddy Louiss avec son Multicolor Feeling Orchestra, à Jazz sous les Pommiers en 2011:


Et pendant ce temps, quel dommage que Pasqua soit mort dans son lit...

Mort d’un pourri
Robert Pelletier, NPA, le 30 Juin 2015

Mini zone
Siné, le 1 juillet 2015
------------------------------------------
Palestine et campagne BDS

La campagne pour convaincre Caetano Veloso et Gilberto Gil d'annuler leur concert en israel continue, et un comité d'accueil les attend dans chaque ville européenne où ils donnent un concert, comme Londres cette semaine:


Pour ceux qui comprennent l'anglais:

Les investissements étrangers en Israël chutent de moitié depuis le massacre de Gaza
Ali Abunimah, Electronic Intifada, le 25 juin 2015

Ali Abunimah, qui sera en tournée dans plusieurs villes de France:
- Paris : 7 juillet à 19h, Salle AGECA (Paris 11ème)
- Bordeaux : 8 juillet à 18h30, Salle Pierre Tachou, 44 rue Joseph Brunet à Bacalan (TRAM B, arrêt Brandenburg)
- Montpellier : 9 juillet à 19h, Salle JACQUES 1er D’ARAGON
- Lyon : 10 juillet à 19h, Maison des Passages, 44 rue Saint Georges 69 005 LYON (Métro Vieux Lyon)
  
Belle action BDS au Salon du Bourget la semaine dernière:

 
Orange-Israel: victoire d'étape, on lâche rien!
Mercredi 1er juillet 2015
Face à Israël, la France est hypocrite
Interview d’Omar Barghouti par Nirit Ben-Ari, Le Monde, le 2 juillet 2015

Bilan du harcèlement ("swatting" en anglais) de personnes liées de près ou de loin à la Palestine:
juillet 2014 : Kamelancien, rappeur
août 2014 : Benoît Le Corre et Pierre Haski, journalistes de Rue89
août 2014: Robert Faurisson, historien négationniste
août 2014 (en Belgique): Laurent Louis, homme politique
septembre 2014: Aymeric Caron, animateur de télévision
septembre 2014: Sihem Souid, chargée de mission au ministère de la Justice
février 2015: Hicham Hamza, journaliste indépendant
mars 2015 : Jean-Guy Greilsamer, activiste solidaire avec la Palestine
mars 2015 : Pessi Borell, activiste solidaire avec la Palestine
mars 2015 : Bénédicte Bauret, conseillère municipale
juin 2015 : Pierre Stambul, activiste solidaire avec la Palestine
juin 2015 : Jean-Claude Lefort, activiste solidaire avec la Palestine
juin 2015 : Daniel Schneidermann, journaliste à Arrêt Sur Images
juin 2015: Pierre Haski, journaliste à Rue89
juin 2015: Denis Sieffert, journaliste à Politis
juin 2015: l'association CAPJPO/Europalestine
------------------------------------------------
On en a déjà parlé ici


L’Etat condamné pour « faute lourde » après des contrôles au faciès
Le Monde.fr avec AFP | 24.06.2015

Migrants : et si ouvrir les frontières générait de la richesse ? Idées
Maryline Baumard, Le Monde, le 25 juin 2015

Soyons réalistes : 10 raisons d’ouvrir les frontières
Michel Agier et François Gemenne, L'Obs, le 25 juin 2015

En Sardaigne, mouvement de solidarité exemplaire pour les migrants
Ella Ide, AFP, le 27 juin 2015

Mediapart lance l'opération Ouvrez l'Europe #OpenEurope
Carine Fouteau et François Bonnet, Médiapart, le 1er juillet 2015
----------------------
Musique


Siné Mensuel 44: La Zique de l'Été

The Roots et Erykah Badu à Philadelphie, le 30 mai dernier pour leur 8ème Picnic annuel:


Nile Rodgers joue de la musique dans la rue à Londres:


Et Kicca à Fip:

Lauryn Hill, boycotteuse d'israel, reprend Nina Simone avec le classique Feeling Good. Quant à Inell Young, elle n'a sorti qu'un seul 45t en 1972, dommage, parce que ça commençait bien avec ce What Do You See In Her?
--------------------------
Agenda


Jusqu'au 28 août au 12Mail, 12 Rue du Mail, P2, M° Sentier: Jarvis Cocker, chanteur de Pulp et boycotteur d'israel, expose ses "12 Golden Greats", des récompenses imaginaires au service d’une réflexion sur l’essence de la musique et l’immatérialité du succès...

Jusqu'au 26 juillet à l'Institut du Monde Arabe: Hip-Hop, du Bronx aux rues arabes

Jusqu'au 26 juillet Parc Floral: Paris Jazz Festival avec entre autre Boubacar TRAORÉ et SONGHOY BLUES (le 11 juillet), Habib KOITÉ et Eric BIBB (le 12), et Nils LANDGREN (le 19)

Jusqu'au 26 juillet Cabaret Sauvage: Black Summer Festival avec entre autres Femi KUTI (le 10 juillet), BLACK UHURU (le 14), Mahmoud AHMED (le 23), et Mayra ANDRADE et Dona ONETE (le 24)...

Le 3 juillet à 23h sur Arte, regardez «Trop noire pour être française», le documentaire d'Isabelle Boni-Claverie:

Et le 8 juillet à la Maroquinerie: Faris

mercredi 17 juin 2015

ELO#200 - La catharsis de Luz

Mercredi 17 juin 2015

Luz n'a pas toujours eu une grande perspicacité politique, il en est conscient et il est modeste, ce qui, à Charlie Hebdo, sont de grandes et rares qualités. Son humour et son talent, en revanche, sont indéniables. Son nouveau livre, Catharsis (Futuropolis, 128 pages, 14,50€), révèle en plus une grande sensibilité, à l'opposé de celle, que je trouve putassière, d'un Joann Sfar.

Il y raconte, entre autres, les obsèques de Charb, à Pontoise il y a 5 mois. Sur un discours de 10 minutes, à partir de la deuxième minute, il aborde un sujet qui dure deux minutes: la Palestine. C'est le sujet le plus long qu'il abordera, et le seul auquel il ne sera jamais fait allusion dans les dépêches. C'est aussi la seule partie du discours qui ne sera pas applaudie. Du coup, j'ai décidé de retranscrire cet extrait:

"Putain Charb, le nombre de dessins que tu aurais pu faire cette semaine.
Tu ne peux pas te rendre compte, là, c'est un peu con, mais si tu avais vu ça, tu en aurais dessiné des conneries, tu en aurais usé des stylos, tu en aurais rempli du papier, scié du bois, tu aurais rasé l'Amazonie à toi seul...
J'en imagine déjà un, un dessin de Charb, je vois Mahmoud Abbas et Netanyahou, manifestant ensemble le 11 janvier à Paris suite aux divers attentats terroristes qui ont fait 17 morts entre le 7 et le 8 janvier et dont tu fais partie.
Oui, Charb, sans déconner, je te jure, ils étaient derrière nous!
Nous, l'équipe de Charlie actuelle est passée alors qu'on manifestait, bandeaux "Charlie Hebdo" dans les cheveux, sur le front ou en brassière.
Non mais, tu te rends compte, Charb, Mahmoud Abbas et Netanyahou côte à côte, ça vaut toutes les colombes de la paix du Monde.
Oui Charb, je les vois dans ton dessin, Mahmoud Abbas et Netanyahou, dessinés par toi: ils penseraient se tenir par la main, l'un à gauche, l'autre à droite. Mais dans ton dessin, Mahmoud Abbas et Netanyahou ne tiendraient pas leurs mains, mais ils tiendraient la bitte à Sarkozy!
Je vois bien la tête de Mahmoud Abbas: les yeux ronds, la moustache intriguée, tu lui aurais fait une tête d'épicier sympathique, toi le pro-Palestinien que tu étais, même si tu étais plutôt Fatah que Hamas. Netanyahou, dont tu détestais la politique colonisatrice aurait eu lui un seul oeil ouvert. Mais surtout, on aurait été pliés de rire, nous Français, en voyant la gueule de Sarkozy tout sourire et carnassier, mais loser quand même..."

Il en parle aussi dans cet interview, dans les Inrocks de fin avril:

Luz : “J’avais un bout de cerveau qui cognait contre les murs”
Anne Laffeter, Les Inrocks, le 28 avril 2015

Texte intégral ici:

Avec cet extrait sur la musique:

J’ai peu écouté de musique, elle a été un terrain à reconquérir. La première chanson que j’ai réécoutée c’était Camille de Al Kooper. Ensuite, j’ai écouté Fools Gold d’Alan Price, puis les Animals, et c’est revenu progressivement. Toutes les chansons parlent de perte, d’amour mais pas de ce genre d’histoire. Même la techno ne m’a pas parlé pas, pourtant ça aurait dû.

Celui ci sur la Palestine:

Question: Dans cette même émission, Val ajoute : “J’ai travaillé dans un journal qui avait un environnement très gauchiste, dont certains étaient violemment propalestiniens, ce que je ne comprends pas qu’on puisse être.” Charb était très propalestinien.
Réponse: C’est la raison pour laquelle Charb était rédacteur en chef le 6 janvier et pas lui, parce que Philippe Val suivait une sorte de logique personnelle un peu confuse, différente de celle de l’histoire de Charlie que Charb, lui, a portée. On a vu Val se droitiser dans ses éditos sans que l’on sache pourquoi. Un monomaniaque propalestinien manque beaucoup aujourd’hui dans Charlie Hebdo...

Et celui-là sur les musulmans:

A l’enterrement de Charb, un barbu est venu me voir avec ses gamins et il m’a dit : “Je suis pontoisien, j’aimais Charb et ses dessins, des fois non, continuez, je suis triste, on n’est pas comme ces gens-là.” Ça m’a beaucoup ému. Je lui ai répondu qu’il n’avait pas à s’excuser pour des gens qui ne croient pas suffisamment en leur Dieu au point de jeter leur propre foudre contre nous. On était entourés de caméras, mais il parlait d’une petite voix, ce n’était pas médiatique. Je n’ai jamais vu passer cette séquence. Une fois en conférence de presse, j’ai dit : “Je suis Charlie, je suis juif, je suis flic, mais je suis aussi musulman.”  Cela n’a évidemment pas été relayé, ça n’intéresse personne. Alors qu’une haine antimusulmane se propage, les actes contre des musulmans sont sous-médiatisés.

----------------------------------------
Palestine, encore et toujours...


Dix ans après le lancement de la Campagne Internationale BDS et un an après les massacres de l’été dernier à Gaza: conférence d'Ali Abunimah, fondateur d'Electronic Intifada, à Paris le 7 juillet à partir de 18h30, à l'AGECA, 177 rue de Charonne, P11 (M° Alexandre Dumas, entrée libre, repas-ftor prévu, inscriptions: rencontre7juillet@gmail.com). A Bordeaux: le 8 juillet, à partir de 19h, Salle Tachou, 44 Rue Joseph Brunet. A Montpellier: le 9 juillet à partir de 19h, Salle Jacques 1er d'Aragon, 117 Rue des États Généraux. A Lyon: le 10 juillet à partir de 19h, Maison des Passages, 44 rue Saint Georges.
                              
Pierre Stambul, Jean-Claude Lefort et Daniel Schneidermann, encore trois français solidaires avec la Palestine, victimes des harcèlements d'Ulcan et de ses sbires, dont certains travaillent peut-être avec le Mossad ou la police française?

La mini zone de Siné du 10 juin 2015

Le progrès de BDS se remarque aussi au fait que des articles pas trop critiques paraissent enfin dans les grands médias: Le Monde, Libération, Arte, France Culture...

Bosnie - Israel : 3 - 0:



------------------------------------------
France


Pour se tenir au courant de ce qui se passe vers La Chapelle.

Deux ans après les révélations d'Edward Snowden (Amnesty International France), réagissez : #Occupy_Dgsi ! Banquet et assemblée populaire au pied du siège de la DGSI (84 rue de Villiers à Levallois-Perret), de midi à 18h, le dimanche 21 juin.

Un super article sur un sujet que j'ai souvent traité dans Siné Hebdo (en novembre 2008, en mai 2009, en juillet 2009, en décembre 2009!): les musiques des populations immigrées en France:

Il était une fois... l’académie populaire de Barbès
Faysal Riad, Quartiers XXI, le 11 juin 2015

Sur le site web, vous avez accès à des vidéos pour écouter les morceaux dont parle Faysal Riad... En particulier, un quart d'heure d'Abdel Halim Hafez à Paris en 1974:


------------------------------------------
Culture


Un livre: De vigne en vin, un beau livre bilingue d'Aline Champsaur

Un film: à propos du film Un Français, un article dans Télérama cette fois:
                                  
Diastème : “La mort programmée d'“Un Français” aura des conséquences au-delà de ma personne”
Mathilde Blottière et Jérémie Couston, Télérama, le 11 juin 2015

Une pièce de théâtre: 21-25 juillet la Maison des Métallos: M'appelle Mohamed Ali

Une vidéo: du rap chrétien qui donne envie de se convertir à l'islam:


De la musique: le premier titre jamais enregistré par Patti Smith, en 1974, une reprise à sa manière du Hey Joe de Billie Roberts (version originale en 1962), popularisé par Jimi Hendrix en 1966... En 2008, au festival de Byblos au Liban, elle interprète une chanson qu'elle a écrite en 2006 à l'occasion du massacre de Qana perpétré par l'armée israélienne (on y revient toujours...), mais jamais publiée sur disque...

mercredi 10 juin 2015

ELO#199 - Ethiopique Soul


Mercredi 10 juin 2015

Alemayehu Eshete est mon chanteur éthiopien préféré. 

Dans les années 1970, il invente en Ethopie une soul éthiopienne propre à son pays mais largement influencée par la soul américaine de l'époque. En voici quelques exemples, avec les influences que je détecte entre parenthèse: Tey Gedyeleshem (The Spinners), Tchero Adari Negn (James Brown), Betchayen Tegodahu (Clarence Carter), Ayalqem Tedenqo (Georgie Fame), Nefas Endaygeban (Sam Cooke), Mekeyershin Salawq (Elvis Presley) ou Telantena Zare (Ray Charles)...
-----------------------------------
Musique


Black Lives Matter, 32ème rap politique de Juice Rap News. Je vous avais déjà posté celui sur la Palestine, celui ci est sur le racisme aux USA et il est sous titré en français!


Ci-dessous, la cérémonie d'enterrement en entier (plus de 3 heures) de BB King. La partie musicale proprement dite, entre 2h30 et 2h40, avec Otis Clay et Willie Rogers qui interprètent When the Gates Swing Open et A Change is Gonna Come..., puis la chorale termine, à partir de 2h46, avec Oh How Precious et un autre titre que je n'ai pas identifié...


Sharon Jones répète avec le Tedeschi Trucks Band sur un morceau de Sam Cooke, Bring It On Home to Me:


Le dernier titre de Lee Fields, Standing By Your Side et le dernier titre de Chrisette Michelle, Still, en hommage à son cousin décédé...

Artists Against Apartheid, c'est une vingtaine de concerts à Montréal depuis une dizaine d'années, d'artistes engagés pour la Palestine. En voici une petite sélection:
1) Crick Crack - Kaie Kellough et DJ Andy Williams
2) Africa - Jason Blackbird Selman et DJ Andy Williams
3) Duet - Matana Roberts et Rebecca Foon
4) Oud Trio - Sam Shalabi, Omar Dewachi et Pierre-Guy Blanchard
5) Duet - Lubo Alexandrov et Emil Iliev
6) Slam - Vox Sambou
7) 11/8 Balkan Tune - Weshida
8) Ardavan Etude - Amir Amiri et Becky Wenham
9) Sprouts - Esmerine
10) A Fish On Land - Lhasa de Sela et Esmerine

Deux reprises soul des années 1970 d'un morceau de country des années 1960, Another Man's Woman, par Candi Staton et par Laura Lee...
----------------------------------
Cinéma et politique


Un très joli texte de Rocé, par ailleurs rappeur, sur le cinéma français. Il aborde principalement les clichés raciste de la France coloniale, mais aussi les clichés sexistes:

T’es le héros du film, qui est à la production ?
Rocé, Quartiers XXI, le 20 mai 2015

Autre article sur un film, mais aussi sur la France d'hier et d'aujourd'hui:

“Un Français”, le film qui fait peur: 50 avant-premières annulées
Manon Chollot, les Inrocks, le 26 mai 2015
----------------------------------
Humour et politique


BHL se fait entarter par Noël Godin et ses amis gloupiers pour la huitième fois, le 30 mai 2015, en hommage à Siné, après avoir provoqué le gloupier sur ses terres belges. Siné lui répond le 3 juin 2015.

BHL avait déjà été entarté en Belgique le 12 novembre 1985, le 2 octobre 1988, le 16 avril 1991 et le 26 février 2000. Il a également été entarté en France, à Cannes le 13 mai 1994, à Nice le 21 mai 1995 et à Paris le 17 mars 2006.



----------------------------------
Informatique et politique


Instructions (pour Firefox) pour empêcher que les sites web sur lesquels vous vous rendez vous suivent (bien sûr, la NSA continuera à le faire, mais au moins les petites boites privées ne le feront pas):

1) Dans la barre des adresses, tapez: about:config
2) Vous aurez un message de mise en garde, car vous accédez à tous les réglages possibles de votre butineur, mais ne vous en faites pas
3) Cherchez le paramètre: privacy.trackingprotection.enabled.
4) Double-cliquez dessus pour activer cette fonction (qui passera en "true" et en gras)

Pour Chrome, suivez les instructions ici (en anglais):
----------------------------------
Histoire et politique


Préhistoire et féminisme: la domination masculine n'a pas toujours existé...

Les peintures rupestres majoritairement réalisées par des femmes ?
Nicolas Revoy, le Journal de la Science, le 15 octobre 2013

Mon squelette a-t-il un sexe ?
Agnès Giard, Libération, le 15 février 2015

Dans les premiers temps de l’humanité, les hommes et les femmes étaient égaux (les inégalités sont une invention tardive)
Hannah Devlin, The Guardian, le 14 mai 2015

Et deux films:

De l'homme - et de la femme - préhistoriques (2000):

Pourquoi les femmes sont-elles plus petites que les hommes (2015):
----------------------------------
La fin du monde


« Nous sommes en train de vivre une mosaïque d’effondrements » : la fin annoncée de la civilisation industrielle
Ivan du Roy, Basta!, 8 juin 2015

Selon le FMI, la plus grosse bulle financière de l’Histoire va bientôt exploser
Benoit Delrue, Le Bilan, le 2 juin 2015

L'avis d'un ami économiste sur l'article ci-dessus: "la spéculation financière a repris comme jamais depuis plusieurs années... car elle n'a jamais vraiment cessé. Le fait que le FMI le dise est, hélas, révélateur. Tout le monde s'attend à une nouvelle "crise" depuis l'automne 2014. Reste à savoir quand et quel sera le déclencheur (qui va appuyer le premier sur la gâchette). Le problème est qu'on ne voit pas ce que les gouvernements pourraient désormais faire, à part, évidemment, mettre réellement au pas les banquiers et spéculateurs, et non faire supporter aux populations le coût de cette spéculation comme ils l'ont fait après 2008."
----------------------------------
Antisémitisme

Aujourd'hui, il est de bon ton (même chez Todd ou Quadruppani par exemple, pour ne pas prendre les pires) d'affirmer qu'il est évident qu'il existe « une forme d’antisémitisme populaire au sein des populations d’origine immigrée en France ».

Alors forcément, si c'est évident, on se dit que c'est parce que ça a été mesuré, quantifié, validé par des enquêtes sérieuses etc, que ce n'est pas juste un fantasme à la Roberménard...

Et puis si en fait. Parce que si on regarde le rapport du seul organisme, la CNCDH, qui mesure ça systématiquement:
-les opinions à l’égard des juifs sont stables et 85% des Français pensent aujourd'hui que les juifs sont « des Français comme les autres »
-le « nouvel » antisémitisme associé à l’antisionisme, à l’islamisme radical et à la gauche tiers-mondiste, est un mythe. Au contraire, c'est bien le « vieil antisémitisme » liant les juifs à l’argent et au pouvoir qui perdure, et on note que les jugements négatifs sur Israël sont plus fréquents à droite qu’à gauche.
-l'idée que l’antisémitisme serait un racisme d’une autre nature n’est pas non plus validée, puisque les personnes rejetant les juifs (les personnes âgées, les moins diplômées et ayant peu de ressources, les catholiques les plus pratiquants, plus à droite qu'à gauche, et jusqu'à 58 % des proches du FN...) rejettent aussi les autres minorités.
-quant aux Français issus de l’immigration... ils se comportent comme les autres Français: ils se situent dans la moyenne! L'intégration par le racisme, c'est ça la France!

Antisémitisme, islamophobie: la CNCDH pointe un climat «délétère» en France
Carine Fouteau, Médiapart, le 9 avril 2015
http://www.mediapart.fr/journal/france/090415/antisemitisme-islamophobie-la-cncdh-pointe-un-climat-deletere-en-france?onglet=full
----------------------------------
Palestine


Quand la campagne contre Orange s'étend à l'Egypte, la France flippe...

Des Égyptiens lancent le boycott de la filiale Mobinil d’Orange sur sa complicité avec les crimes israéliens
Ali Abunimah, Electronic Intifada, le 25 mai 2015

La pétition:

Pourquoi Orange veut sortir du bourbier israélo-palestinien
Delphine Cuny, Rue89, le 4 juin 2015
----------------------------------
Agenda


11 juin Sunside: Tchavolo Schmitt

26 juin les Étoiles: Joe Bataan

6 juillet New Morning: Ed Motta

16-26 juillet Toulon: Jazz à Toulon avec Hervé Samb, Grégory Porter, Omar Sosa (gratuit)

14 novembre Philharmonie: Les Ambassadeurs

mercredi 20 mai 2015

ELO#198 - La mort du roi...


Mercredi 20 mai 2015

Bon avec tous ceux qui confondaient Ben E King et BB King, ça ne va pas aider qu'ils meurent à deux semaines d'écart... En plus, vu que les radios ne passent que The Thrill is Gone et son duo avec U2, voici une sélection de morceaux un peu plus originaux:

Concert donné en 1972 à la prison de Sing Sing, How Blue Can You Get:


Concert pour le match de boxe de Mohamed Ali contre George Foreman au Zaïre en 1974, Sweet Sixteen:


Medley en duo avec Bobby Blue Bland (mort il n'y a pas très longtemps non plus, il reste qui?!) à Soul Train en 1975:


Everyday I Have the Blues en ouverture d'un concert à Dallas en 1983:


Sweet Little Angel, avec James Brown (Los Angeles 1983, concert où apparaissent aussi Michael Jackson et Prince!):


Superbe duo avec Gladys Knight sur le chef d'oeuvre de Percy Mayfield, Please Send Me Someone To Love, lors de son fameux concert de 1987 (où l'on retrouve aussi, morts entre temps Paul Butterfield, Etta James, Albert King et Stevie Ray Vaughan):


Jam finale lors d'un concert de 1989 en Italie (avec, morts entre temps, James Brown, Bo Diddley, Ray Charles...):


En 1998 il participe au film Blues Brothers 2000 (avec, morts entre temps, Clarence Clemons, Bo Diddley, Isaac Hayes, Billy Preston, Lou Rawls, Koko Taylor, Grover Washington...) New Orleans:


En l'an 2000, sur Un rue Sésame:


Deux heures sur Arte, et l'hommage de Zep...

Et l'un de ses derniers morceaux, forcément, See That My Grave Is Kept Clean (2008). Version de Lou Reed de ce même morceau, issue de la BO de The Soul of a Man en 2003
--------------------------------------
Hafed Benotman


Il est mort il y a quelques mois déjà, mais retour sur un personnage hors du commun:

Hafed s’est fait la belle
Mathieu Léonard, CQFD, le 21 février 2015

Une vie contre les barreaux
Lémi, Article 11, le 21 février 2015

Ca valait pas la peine, mais ça vaut le coup !
Hafed Benotman, janvier 2002

Très chers ami(e)s
Hafed Benotman, juillet 2005

Islamisation? oh, la barbe!
Hafed Benotman, septembre 2008

Interview de 2013:

Sur Arte Radio en 2008:

Sur radio FPP, une émission en hommage à lui:
---------------------------------------
Culture et politique


L'exposition de Manu Chao et Jacek Wozniak au Manoir du Tourp annulée
France 3 Basse Normandie, le 13 mai 2015

Après Lauryn Hill, Campo, Primus, voici qu'une première artiste espagnole, Marinah, l'ancienne chanteuse de Ojos de Brujo, annule le 16 mai deux concerts prévus en israel... Sympathisante de la cause palestinienne, elle n'était pas au courant de la campagne de boycott culturel! Une fois au courant, elle a tout fait (mais ce n'est pas toujours facile ni gratuit pour un artiste) pour annuler ses engagements en israel (celui du mois prochain, mais aussi un autre prévu plus tard). Une très belle coordination avec le BDS Catalan a même convaincu Marinah de revendiquer son annulation publiquement sur ses compte twitter et facebook (Famille, je tiens à vous dire que, après beaucoup de réflexion et d’information en profondeur, j’ai décidé de ne pas aller chanter en Israël. J’avais deux concerts que je ne donnerai pas, en me joignant à la cause humanitaire que propose BDS. Pour les droits de l’homme, pour la paix et pour dormir tranquile la nuit...), et en synchronisation avec BDS Catalogne. Très belle victoire:

A Locarno: Boycott contre propagande
Mathieu Loewer, Le Courrier (Genève), le 16 mai 2015

L'artiste Walid Raad n'est pas le bienvenu dans les émirats
Roxana Azimi, Le Monde, le 16 mai 2015

A Luta Continua, chanson politique enregistrée en 1989 par Myriam Makeba, bien qu'elle la chantait depuis l'indépendance du Mozambique en 1975...
-----------------------------
Agenda


29 mai - 7 juin: Premier festival de cinéma palestinien

Samedi 30 mai 2015, à partir de 18h30, au Mille Plateaux (4 rue Alfred de Musset, Fontenay-sous-Bois): des artistes palestiniens du camp de Yarmouk en Syrie, membres du collectif Reaction, présenteront des courts-métrage et chanteront au son du Oud, en compagnie de Lama Kabbanji et Marion Cros qui réalisent actuellement un documentaire radiophonique sur ce groupe d'artistes aujourd'hui disséminés à travers l'Europe. Au cours de la soirée, un repas palestinien sera servi au prix indicatif de 10€.

Dimanche 31 mai 2015, à partir de midi, au Parc de Belleville (allée de la Courtille, P20): Pic Nic Climatic "Du sommet de Paris, changeons le système pas le climat"

11-14 juin Paris (IMA et Maison des Cultures du Monde):  Palest'In and Out avec entre autres DAM, le Trio Joubran, Kamilya Jubran, Farag Sleman
http://www.institut-icfp.org/page.php?id=vtuzDvqzLHa222534A87B8nsQmyh

mais aussi...

26-29 mai Roland Garros: Jazz à Roland Garros avec The Ephemerals, Electro Deluxe, Monty Alexander, Marcio Faraco

17 juillet New Morning: Brooklyn Funk Essentials