vendredi 28 août 2015

ELO#204 - Hommage aux victimes de la violence policière


Jeudi 27 août 2015

Hommage de Janelle Monae à Walter Scott, Philip White, Eric Garner, Trayvon Martin, Sean Bell, Freddie Gray, Aiyana Jones, Sandra Bland, Kimani Gray, John Crawford, Michael Brown, Miriam Carey, Sharonda Singleton, Emmett Till, Tommy Yancy, Jordan Baker, Amadou Diallo... victimes de la violence policière aux Etats-Unis, n'oublions pas leurs noms...

Hell You Talmbout (Say Their Names) par Janelle Monáe and the Wondaland Records lineup (Jidenna, Roman GianArthur, Deep Cotton, St. Beauty, and George 2.0)
 
Elle le chante aussi en concert:

-----------------------------------
Compléments des chroniques passées


1)  Vous vous souvenez de la gendarmerie de Millevaches, bloquée avec des chaînes et des cadenas? La suite est rocambolesque et presque rassurante quant à la nullité de nos forces de police, malgré toutes les libertés qu'elles ont de s'en prendre aux nôtres...

Millevaches : drôle d’enquête après le blocage d’une gendarmerie
Rémi Noyon, Rue89, le 25 août 2015

Correspondance « anarcho-autonome » – Serge Q. écrit au major Didier D.
Article 11, le 26 août 2015

2) Vous vous souvenez de la Ley Mordaza, en Espagne? C'est une loi à forte connotation franquiste qui peut imposer des amendes de 30.000 euros à des citoyens qui refusent de présenter des documents d'identité à la police, ou à ceux qui s'opposent aux expulsions de domicile, ou à ceux qui publieraient sur le web des vidéos de violences policières...

Puisque la loi Mordaza les empêche de manifester, les Espagnols ont fait défiler une armée d’hologrammes en face du Parlement...

Une manif d'hologrammes en Espagne
Sylvie Le Roy, ADN, le 15 avril 2015

Mais les amendes continuent de pleuvoir:

600€ d’amende pour un t-shirt « dangereux ».
IPEH Antifaxista, le 8 juillet 2015

800 € d’amende pour une photo de policiers garés sur une place pour personnes handicapées...
Le Monde, le 18 août 2015

1) Vous vous souvenez de la liste de chansons féministes chantées par des femmes? Elle a encore été mise à jour:
https://www.youtube.com/watch?v=HTBblfRsxWk&index=1&list=PL3lqKiru-8C_dWdH-CGwTKdXNaaaFvkuX

En voici une autre, d'un autre style:
https://www.youtube.com/watch?v=_4RDk3pEMio&list=PLpNM_jGxZXDnDUzL4YWnzVUkEnotJyTGT&index=1

Ce qui m'a permis de découvrir encore quelques perles:

Encore une ode à la masturbation, par Marie Paule Belle, Les Asphodèles:


Encore une ode au sexe, par la camerounaise Mani Bella, Pala Pala:



Encore une ode aux femmes qui ont des formes, par l'américaine Meghan Trainor, All About That Bass:


4) Vous vous souvenez d'Apartheid Plage?

« Tel-Aviv sur Seine » : une grille d’analyse périmée
Benjamin Barthe, Le Monde, le 12 août 2015

"Tel Aviv Sur Seine" a pris l'eau !
La Campagne BDS France, le 14 août 2015

D’autres actions se sont déroulées en même temps : un espace Gaza Plage mis en place par Europalestine, une distribution de tracts par l’AFPS, ainsi qu’une opération spectaculaire de « Flotille Sur Seine » organisée par les Désobeissants. Comme on peut le voir sur les vidéos ci-dessous, à l’aide de petites barques, ils se sont rendus devant la plage, où ils ont déployé des drapeaux palestiniens ! Arrêtés par la brigade fluviale, ils seront entendus mardi pour « Rebellion, navigation sans autorisation et attroupement armé » ! Malgré le ridicule de telles accusations, restons vigilants : Paris ne doit pas devenir, comme Tel Aviv, une ville d’apartheid où toute expression de solidarité avec la Palestine est impitoyablement réprimée !



TEL-AVIV GAZA, MATCH NUL
Daniel Mermet, Là-Bas, le 14 août 2015

Une tribune bête et méchante de Laurent Joffrin dans Libération a donné l'occasion à Omar Barghouti, l'un des fondateurs du mouvement BDS palestinien, de répondre pour la première fois dans ces mêmes pages... merci Lolo!

Alain Gresh lui avait déjà répondu, mais sur son propre blog:
Ce que Laurent Joffrin ne nous dit pas
Alain Gresh, Nouvelles d'Orient, le 17 août 2015

Boycott contre Israël : une réponse à Laurent Joffrin
Omar BARGHOUTI Cofondateur du mouvement BDS, Libération, le 19 août 2015

Une militante de la paix insultée et menacée
Julia Hamlaoui, L'Humanité, le 18 août 2015

Quand Facebook se positionne sur Tel Aviv Sur Seine
Quand Rania cause, le 20 août 2015

1000 personalités noires signent une déclaration de solidarité des Noirs avec la Palestine, dont Angela Davis, Cornel West, Mumia Abu-Jamal et les musiciens Boots Riley, Jasiri X, Luci Murphy, Son of Nun, Talib Kweli, Tef Poe...
Black Solidarity with Palestine, le 18 août 2015
-------------------------------------------
Deux documentaires musicaux

1) sur l'enregistrement de Amazing Grace par Aretha Franklin, il va sortir... avec plus de 40 ans de retard pour vaincre les réticences d'Aretha! Pourtant ça a l'air génial:


2) sur Bernard Purdie, le batteur le plus enregistré et le plus échantillonné au monde, qui a joué avec Aretha Franklin, Nina Simone, Miles Davis, James Brown, B. B. King, les Rolling Stones, Bob Marley, Steely Dan, Guru, et d'autres. Le documentaire est en cours de tournage et vous pouvez l'aider à se terminer:

En attendant, il est là, à Porretta, entre 3h35 et 4h20 (suivi de la non moins géniale Sugar Pie de Santo):

------------------------------------------
Des nouvelles de Siné


Au cimetière de Montmartre, Siné a son petit paradis
Frédéric Potet, Le Monde, le 14 août 2015
---------------------------------------------
Audio

Black Mirror, une émission  politisée hebdomadaire de deux heures sur le rap, sur une radio en Ariège, mais en streaming aussi.

Des sujets intéressants a priori (je n'ai pas écouté!), mais surtout plusieurs émissions sur James Brown, présentées sur le blog de Quartiers Libres. Sur le site, on peut accéder aux émissions et aux playlists, en mp3:
Vidéo:

La reprise la plus délirante au monde de la célèbre chanson des Shadows, Apache, par le danois Tommy Seebach:


--------------------------------------------
Agenda


17 octobre Pan Piper: Manu Dibango, Akalé Wubé et Arat Kilo

20 octobre New Morning: The Ephemerals

30 novembre Bizz Art: Leela James

mercredi 12 août 2015

ELO#203 - Chansons féministes chantées par des femmes


Mercredi 12 août 2015

Superbe playlist féministe en cours de développement (169 chansons aujourd'hui, mais la liste ne fait que s'allonger). Tous les styles sont représentés, donc forcément certaines ne seront pas à votre goût, mais ça m'étonnerait que vous les connaissiez toutes. Ou même que si vous les connaissez, que vous n'aviez pas forcément écouté les paroles...

Par exemple, dans la série tragiques:
-Behind the Wall, de Tracy Chapman
-Cleaning Out my Closet, de Angel Haze
-Daddy, de Queen Ifrica

Dans la série sexuelles:
-Candye Kane: Masturbation Blues
-Pink: Fingers
-Missy Elliot: Toyz
-Chloé Lacan: Plaisirs Solitaires
-Colette Renard: Les nuits d'une demoiselle
-Drôle de variante, signe d'une époque en pleine déliquescence..., Jeanne Cherhal: Les nuits d'une demoiselle 2.0
-Auxquelles on aurait pu rajouter ces deux odes au cunnilingus, par la rappeuse Lil' Kim en 1996: We Don’t Need It et Not Tonight

Dans la série originales:
-Nothing Compares 2U chanté en chinois par Helen Feng
-Modern Day Marys chanté par des féministes hijabis, Poetic Pilgrimage
 
Deux duos sympa:
-Can't Hold Us Down, de Christina Aguilera et Lil' Kim
-Somos Sur, de Ana Tijoux et Shadia Mansour

Et une série: Le Meufisme

J'en ai profité pour mettre à jour ma liste de chansons sexuelles et ma liste de chansons anti-flics...
---------------------------------------
Palestine


13 août: "Tel Aviv-sur-Seine", non au blanchiment par la Mairie de Paris de l'apartheid israélien!

Tel Aviv sur Seine: qui sera jugé pour cette apologie de crimes de guerre?
Omar Alsoumi, opposant au régime sioniste réfugié en France, le 10 août 2015
http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2015/08/10/omar-al-soumi-tel-aviv-sur-seine-qui-sera-juge-pour-cette-apologie-de-crimes-de-guerre-2/

Mon indignation
Jacques Tardi, L'Humanité, le 11 août 2015
http://www.humanite.fr/mon-indignation-581251

« Tel Aviv Sur Seine »: des visuels contre l’apartheid
Agence Média Palestine, le 11 août 2015
http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2015/08/11/tel-aviv-sur-seine-des-visuels-contre-lapartheid/

25-26 août Conservatoire à rayonnement régional de Paris, 14 rue de Madrid, P8: Concert de l’Orchestre des Jeunes de Palestine, sous la direction de Nicolas Simon (Berlioz, Ouverture du Roi Lear, Gounod, Verdi, Airs d'opéra, Naji Hakim, Ouverture Libanaise, Tchaikovsky, Symphonie n°2)
 
Une chanson Franco-palestinienne, Dis-moi Charline, par Ahmad Dari et Charline Hernandez:


Interview de Roger Waters par Gideon Levy. Ce que j'ai préféré dans cet interview sont les 45 secondes de vidéo à la fin: Wish you were here, Roger Waters sings for Gideon Levy:


Et sinon, on a déjà parlé ici du village palestinien (bédouin) de Susya, en Cisjordanie, menacé de destruction totale (une partie a déjà été détruite depuis les années 1980) et d'expulsion par l'armée israélienne, harcelés (et parfois assassinés) par les colons, de la résistance de sa population, du soutien international, de la pétition... Voici un petit documentaire d'un quart d'heure, qui date de 2011 et qui montre l'absurdité de la situation: le prétexte à l'expulsion des Palestiniens est la présence de ruines juives du 5ème siècle. Les ruines archéologiques se visitent, et les anciens propriétaires palestiniens doivent donc payer un ticket pour voir leur propre maison, 25 ans après en avoir été expulsés:

Susya (Dani Rosenberg, Yoav Gross, 2011, 15')

Petit rappel historique: depuis le deuxième siècle la Palestine est progressivement christianisée (par l'empereur Constantin, qui traite très mal les Juifs), puis islamisée (par Omar ibn al-Khattâb, qui les traite très bien, et c'est probablement sous son règne qu'est construite la synagogue de Susya), puis à nouveau christianisée par les croisés (Godefroy de Bouillon au 11ème siècle, les Juifs sont à nouveau opprimés et c'est probablement sous son règne que la synagogue de Susya est abandonnée), puis à nouveau islamisée à partir du 12ème siècle (par Saladin, qui traite à nouveau bien les Juifs, je n'invente rien...). Comme l'explique Shlomo Sand, par des mariages mixtes très sous-évalués, les Juifs européens ne sont majoritairement pas les descendants des Juifs de Palestine. De même, la perte d'influence du judaïsme en Palestine ne résulte pas tant de l'immigration, très sur-estimée, que de conversions des Juifs vers la religion alors majoritaire...

Cela m'amène plusieurs réflexions:
1) au nom des habitants d'il y a 15 siècles, on expulse les habitants d'aujourd'hui? Tous autant qu'on est, est-ce qu'on sait qui vivait sous nos pieds il y a 15 siècles?
2) les habitants de Susya sont probablement expulsés par des Juifs européens, au nom de leurs ancêtres qui sont en fait ceux de ceux qu'ils expulsent! On dirait une tragédie greque...
3) Daesch détruit les ruines antiques en Syrie: si c'est pour qu'on évite dans 15 siècles de venir les faire chier en utilisant ces ruines comme prétexte à les expulser, je commence à les comprendre...
---------------------------------------------------
Musique et politique


Chili: « Il n'y a pas de révolution sans chanson » (vidéo)
Mélanie Brun, Mediapart, le 16 juillet 2015

Casey et Virginie Despentes, la rencontre (1ère partie)
Olivier Cheravola et Thibaut Giuliani, SURL, le 27 juillet

Casey et Virginie Despentes, la rencontre (2ème partie)
Olivier Cheravola et Thibaut Giuliani, SURL, le 30 juillet
http://www.surlmag.fr/casey-et-virginie-despentes-interview-part-2-2015/

Sofia Ashraf - Kodaikanal Won't: un rap contre l'entreprise anglaise Unilever, responsable d'une importante pollution au mercure autour de son ancienne usine de fabrication de thermomètres en Inde:


-----------------------------------------------
Musique

Mighty Sam McClain, qui vient de mourir, vient quand même de sortir un nouveau titre, Tears Of The World:


Magnifique version de Your Turn To Cry, par Bettye Lavette, avec l'orchestre historique de Muscle Shoals, au festival "Lincoln Center Out of Doors" à New-York, le 22 juillet 2015:


Quand j'aime une fois j'aime pour toujours, par Richard Desjardins, avec Florent Vollant du groupe Kashtin, au festival "Présence Autochtone" à Montréal, le 31 juillet 2015:


Deux minutes avec Billie Holiday à 20 ans (1935), avec Duke Ellington, six minutes avec Lucky Peterson à 7 ans (1972) et Any Way You Wanta, obscur mais génial tube de Harvey Fuqua en 1962...

Trois quarts d'heure avec Leonard Cohen à 30 ans (1964), de retour chez lui, à Montréal. A cette époque, il n'est pas encore chanteur, mais déjà poète et écrivain talentueux, drôle et célèbre. On le voit quand même fredonner, mais juste pour lui.... Ladies and Gentlemen... Mr. Leonard Cohen:
http://www.nfb.ca/film/ladies_and_gentlemen_mr_leonard_cohen/
 
Une demi heure avec Tom Waits à 29 ans (1978), à Vienne (en Autriche):


Une heure avec Joe Strummer:


Une heure et demi avec Van Morrison, à Montreux en 1980:


Et une heure et demi avec la Famille Stone sans Sly, à Vienne (en France) en 2015
------------------------------------------------
Agenda


21 août Duc des Lombards: Benjamin Henocq

25-27 août Duc des Lomabrds: Cheick Tidiane Seck

25-26 août Conservatoire à rayonnement régional de Paris, 14 rue de Madrid, P8: Concert de l’Orchestre des Jeunes de Palestine, sous la direction de Nicolas Simon (Berlioz, Ouverture du Roi Lear, Gounod, Verdi, Airs d'opéra, Naji Hakim, Ouverture Libanaise, Tchaikovsky, Symphonie n°2)

28-29 août Duc des Lombards: Daby Touré
-------------------------
NB1: J'apprend avec 12 jours de retard la mort du dessinateur Jean-Jacques Loup, qui nous avait bien aidé au début de Siné Hebdo...

Ses dessins m'impressionnaient déjà quand j'étais enfant. Je me souviens d'un que je n'arrive pas à trouver sur internet: on voit une rue, toutes les maisons sont identiques et grises. Au premier plan, il n'y a qu'une seule maison différente, elle est peinte en rose. En sort un mec chevelu, menottes aux poignets, entouré par deux flics. J'adorais ce dessin. J'y pense souvent. Je crois qu'il était de Loup, mais je ne suis pas sûr. Ca vous dit quelque chose?


NB2: Merci à Pop9 qui m'a:
1) trouvé le dessin que je cherchais (cf. ci dessous)
2) confirmé que ce dessin n'était pas de Loup, mais de Mordillo!


mercredi 22 juillet 2015

ELO#202 - Les débuts de Patti Smith


Mercredi 22 juillet 2015

Lisez Just Kids l'autobiographie de Patti Smith. A 21 ans, en 1967, elle rejoint New-York et rencontre Robert Mapplethorpe. Il ne voulait pas être photographe, mais peintre. Et elle ne voulait pas être chanteuse de rock, mais poète. Le guitariste Lenny Kaye propose pourtant à Patti Smith, le 5 juin 1974, d'enregistrer Hey Joe en hommage à Patty Hearst (la célèbre fille de milliardaire, enlevée et devenue sympathisante de ses ravisseurs faisait alors la une des journaux pour ses participations à des braquages meurtriers. Where're you going with that gun in your hand? prend alors un autre sens...), et d'ajouter de la musique à son poème Piss Factory sur l'autre face, pour en faire leur premier 45t.

En avril 1975, avec les mêmes musiciens et sans batteur (Lenny Kaye restera son guitariste toute sa vie, jusqu'à aujourd'hui), elle investit la scène du CBGB à New-York. Pour elle, ce ne sont pas des concerts, mais des improvisations entre une poète, un guitariste et un pianiste, ce sont des "créations musicales". Il en reste quand même quelques pirates comme celui ci du 17 avril 1975 (We're Gonna Have A Real Good Time Together; Redondo Beach; Birdland; Space Monkey; Distant Fingers; Gloria). Elle fait aussi quelques apparitions exceptionnelles, comme à Central Park le 11 mai 1975.

Un peu plus tard, le 28 mai 1975, elle accepte de donner un véritable concert au profit de la radio WBAI avec ses amis musiciens. C'est donc le premier vrai concert de Patti Smith, avant de se consacrer entièrement à la musique, de fonder son groupe, de sortir son premier disque, Horses en décembre 1975, de tourner dans le monde entier, et de devenir célèbre...


Ce document historique, longtemps disponible en pirate, est sorti officiellement en CD en 2014 sous le nom de Depravity. Le son n'est pas trop mauvais, sa voix est bonne, elle parle d'actualité (Patty Hearst encore), raconte beaucoup d'histoires (Scheherazade), et de blagues entre les morceaux. Le répertoire est bon: ce sont des morceaux qui vont peupler ses trois disques suivants, un inédit (Snowball, écrit par Ivan Kral, le bassiste), un morceau du Velvet Underground, un des Marvelettes et un des Quintones... Le CD comprend aussi deux titres enregistrés au concert de Central Park, et des extraits sont en écoute ici:

Elle raconte aussi un peu cette histoire dans ce documentaire, Dream of Life, de Steven Sebring (2008):
-----------------------------------
Palestine
 

Dominique Grange offre à la Campagne BDS France l'exclusivité de son nouveau titre consacré à la Palestine: Détruisons le Mur!



Encore une française interdite d'entrer en israel, encore un village palestinien, Susiya, sur le point d'être détruit, et encore une pétition...
------------------------------------
Grèce


Alors que le 6 juillet on croyait au cocktail ouzo-champagne, le 14 juillet on se relève avec une gueule de bois qui n'est pas due au bal des pompiers de la veille. Les informations de Grèce sont déprimantes, décourageantes, tristes pour la Grèce et pour les peuples du monde entier qui se font battre, écraser, voler, humilier et ruiner par les banques...

L'Europe en général et l'Euro en particulier étaient nés d'un engagement de solidarité entre pays européens, où les pays riches aideraient les pays pauvres à s'en sortir. Aujourd'hui, ils sont utilisés pour attacher les mains et enfermer les pauvres sous la coupe des banques. Peut-on encore croire à une quelconque utilité positive à l'Euro, à l'Europe, voire à la démocratie?

Parmi cet océan de mauvaises nouvelles, les articles de Yanis Varoufakis, témoin aux premières loges de la violence en col blanc, analyste fin (et beau!), et enfin libre d'en témoigner publiquement sont une bouffée d'air frais... A la veille de l'accord scélérat, il déclarait déjà: "Pour sortir de l'eurozone, nous devrions créer une nouvelle monnaie à partir de zéro. Dans l'Irak occupé, l'introduction d'une nouvelle monnaie de papier a pris presque une année, 20 Boeing 747s, la mobilisation de la force d'armée des USA, trois sociétés d'impression et des centaines de camions. En l'absence d'un tel support, le Grexit reviendrait à annoncer une grande dévaluation plus de 18 mois à l'avance: une recette pour liquider tout le capital social grec et le transférer à l'étranger de toutes les façons possibles." Au lendemain de l'accord, il le qualifiait à nouveau de Traité de Versailles, ou de Coup d’État, et citait Paul Krugman: "quelle que soit l'opinion que l'on peut avoir de Syriza ou de la Grèce, ce ne sont pas les Grecs ou Syriza qui ont ruiné le rêve d'une Europe démocratique et unie."

Je comprends d'autant mieux cette pétition adressée à François Hollande: Nous voulons Varoufakis !
----------------------------------
Racisme en France

Migrants à Paris: 222 personnalités (dont Juliette Binoche, Omar Sy, Virginie Despentes, Arnaud Desplechin, Pascal Légitimus, Robert Guédiguian, IAM, Elli Medeiros, Jean-Baptiste Mondino, Charlotte de Turckheim...) de la culture se mobilisent
Télérama, le 9 juillet 2015

Si besoin était, encore une étude qui prouve la discrimination à l'embauche que subissent les musulmans (et pas juste parce qu'ils sont pauvres) en France: Laïcité et inégalité : l’hypocrisie française
Thomas Piketty, Libération, 15 juin 2015

L'État et des collectivités locales ont été condamnés, le 27 juin dernier, pour des faits de discriminations et pour violations des droits des enfants roms. Un vrai-faux procès organisé par les associations intervenant sur les bidonvilles de France: « Des enfants brûlent… »
Pierre Duquesne, Habiter la Ville, le 29 juin 2015

Lorsque quelqu'un se fait arrêter par un flic dans une manif, il existe plein de façons de le libérer. Voici 10 exemples, soit pour en admirer l'ingéniosité, soit pour en tirer des leçons: De-Arrests are Beautiful
Mask Magazine, juin 2015
--------------------------------------
Joey Starr


Extraits d'une note de lecture de Thomas-Léopold sur l'autobiographie de Joey Starr, Mauvaise Réputation, écrite avec Philippe Manœuvre en 2006:

Il y relate son enfance et ses premières influences, par l'intermédiaire de son père: "de Bob Marley à Eddy Mitchell reprenant les classiques rockabilly. J’ai droit à tous les standards, Mon vieux ou Yellow Submarine et puis de temps en temps, il passe un bon Otis Redding, un Roy Ayers. Les gens des Caraïbes ont toujours baigné dans la soul venue d’Amérique. Et le reggae n’a pas épargné les Caraïbes françaises. Mon père joue du créole, puis sort son arme secrète, le quart d’heure slows avec Eddy Mitchell et La fille aux yeux menthe à l’eau […] Quand il sort le soir, c’est sans rien me dire […] il ne donne jamais d’explications. Ça aurait pu créer une complicité entre nous, de me dire ce qu’il allait faire, même s’il ne m’emmenait pas..." (p. 12). Mais aussi par lui même: "Pour toi, ce qui est bon c’est de se retrouver en dehors du contexte familial, de respirer avec les potes […] On écoute de la musique, on essaye de rentrer en boîte. En vain. Alors on danse dans la cité. Jazz funk, jazz rock, d’un seul coup, cette musique funk devient la nôtre. Les grands sortent de curent de désintox, de prison. Eux sont à fond dans Barry White, James Brown. En âge d’aller en boîte, en concert, ils ont vu Bob Marley au Bourget" (p. 31) "Cet été-là, sur le parvis du Trocadéro, j’ai vu des Américains breaker, notamment un type nommé Sugar Pop qui a fait une démonstration d’une demi-heure. J’ai pris une claque monumentale […] Nous sommes trente jeunes de banlieues diverses à faire attention à ces deux Américains avec un gros poste, en train de danser" (p. 36). Il parle également de reggae: "De ce côté-là, j’ai été pas mal éduqué par LKJ, le poète Linton Kwesi Johnson et d’autres. J’étais même allé le voir en concert à la Mutualité" (p. 78). Et il cite Jimi Hendrix, découvert plus tard: "C’est au Crillon que Béatrice [Dalle] m’a fait découvrir Jimi Hendrix et les cigarettes piégées. Je crois que jamais je n’oublierais jamais cette première fois où, sous freebase, j’ai ré-entendu "Hey Joe" sortant de son petit ghetto-blaster dans la suite cinq étoiles..." (p. 147).

Il y raconte également les déboires de NTM avec la censure. Par exemple, le texte de la chanson Police suscite la polémique en raison des paroles ""Police, machine matrice d’écervelés mandatés par la justice sur laquelle je pisse"  […] Le préfet Marchiani, qui se décrit dans la presse de l’époque comme "représentant de l’état, chrétien et homme" et dort ces jours-ci au quartier VIP de la Santé, avait déjà réussi à déprogrammer notre passage au festival de Châteauvallon". Ces difficultés s’étaient déjà rencontrées avec Charles Pasqua, qui "avait essayé de nous attaquer pour Pass pass le oinj’ (incitation à la drogue) et deux syndicats de policiers pour Police (incitation à la haine anti-flics)" (p. 182).  "C’est pas parce qu’on a sorti J’appuie sur la gâchette qu’il y a eu une recrudescence de suicides chez nos fans. C’est pas non plus parce qu’on a écrit Pass pass le oinj’ que les gens se sont mis à fumer ! Ces événements ont du bon, de ce fait et à cette époque, tout le monde nous reconnaît à notre valeur" (p. 183).

Il raconte sa rivalité avec le groupe de rap marseillais IAM: "Je découvre la première cassette de IAM, Concept, à Nice. Nous sommes en 1989 […] Après la sortie de la compilation Rapattitude, je fais écouter cette cassette à plein de gens, notamment Laurence Touitou de Delabel-Virgin, diverses personnes de chez Sony. J’avais même pratiquement trouvé une maison de disques aux IAM" (p. 123). Il précise que "Artistiquement, on a toujours respecté IAM. Le problème c’est leur attitude, super démagogique, qui nous dérange" (p. 124) mais aussi que "Sur leurs albums j’adore certains morceaux, j’en déteste la plupart. Tout n’est pas bon à prendre, mais quand c’est bon à prendre, pas de soucis, c’est super bon. Sinon bien sûr il y a leur trip pharaonique, source de bien des vannes esclavagistes […] Les IAM ont toujours été conceptuels alors que les NTM arrivaient habillés en profs d’éducation physique. Les IAM n’ont jamais supporté notre regard […] Le problème des IAM, en gros, c’était celui d’une certaine province: ils s’imaginaient qu’on rigolait d’eux toute la journée. Alors que non. On se foutait d’eux quand on les voyait, le reste du temps, IAM, on s’en battait les couilles" (p. 128-129).

Et celle entre Saint-Denis, dont il est originaire, et Sarcelles: "Entre Sarcelles et Saint-Denis, ça a toujours été chaud" avant de préciser que "Mais la vraie embrouille avec Sarcelles et la secte Abdulaï remonte à l’époque des graffitis […] Quand Sarcelles taguait sur Saint-Denis, on venait recouvrir leur marque, évidemment […] Ensuite ils se sont mis à mal parler dans les journaux. Stomy Bugsy, Passi, Gynéco... Ils passaient leur temps à descendre NTM..." (p. 177). "Un jour, je fais un live solo au Bataclan […] avec le groupe rasta RMI et le clavier de Bob Marley, Tyrone Downie. On fait la balance l’après-midi avec Kossity quand, au moment de sortir de la salle, il se fait super mal parler par Djamatik des Neg’ Marrons. Kossity ferme sa gueule […] Très vite, dans les loges, dix mecs viennent sur moi, me poussent, m’asticotent […] Tyrone Downie déboule sur ces entrefaites. Le clavier de Marley a assez d’autorité pour les calmer et arrêter le lynchage. Cet incident du Bataclan ravive la vieille discorde Saint-Denis/Sarcelles" (p. 178-179) avant de conclure sur le groupe des Ministère Ämer, "avant ils étaient soi-disant plus hardcore que nous. Aujourd'hui ils sont prêts à manger à tous les râteliers. L’un d’entre eux fait de la variet’, l’autre est devenu acteur, le troisième fait du zouk. En attendant, moi je fais toujours du hip-hop, et je n’ai jamais cessé d’en faire. J’ai toujours été le vendu mais je n’ai toujours fait que du hip-hop" (p. 179-180).
---------------------------------
Rap en arabe


Même si je ne comprends rien, je trouve ça super!:

Ewlad Leblad, du rap de Mauritanie:



Dizaster vs. Edd Abbas, du rap du Liban:



Et, sur le même sujet, l'exposition sur le hip-hop rate les « printemps révolutionnaires »:
Thameur Mekki, Orient XXI, le 17 juillet 2015
---------------------------------
Deux chansons


Sixty Minute Man, une chanson d'amour et de sexe, par les Dominoes en 1951, et Closure, une chanson d'amour et de rupture, par Jill Scott en 2015...
---------------------------------
Agenda


24-25 juillet 18h Péniche Le Marcounet (14 quai de l'Hôtel de ville, P4): Sambuca Trio
25 juillet Cabaret Sauvage: Soul Stéréo Rub a Dub Party
26 juillet 11h30 la Bellevilloise: Jazz brunch avec Sambuca Trio
26 juillet 18h30 La Villette: Bollywood Orchestra
29 juillet 21h le Café Universel (267 rue Saint Jacques, P5): Sambuca Trio
29 juillet Maison des Métallos: Fanfaraï
31 juillet Duc des Lombards: Aziz Sahmaoui

11-12 août Sunside: Eric Legnini
13-15 août Sunside: Giovanni Mirabassi
17-19 août Duc des Lombards: Bireli Lagrène
28-29 août Sunside: René Urtreger

3-13 septembre La Villette: Jazz à La Villette avec entre autre Malted Milk, Toni Green, Lee Fields, Steve Coleman, Magik Malik, Camille, Sandra Nkaké, Archie Shepp, Melvin Van Peebles, Heliocentrics, Toni Allen, Mos Def, Robert Glasper, The Bad Plus, Romano-Sclavis-Texier,
4-5 septembre Sunside: Laurent De Wilde
10-12 septembre Sunset: Stéphane Belmondo
11-13 septembre La Courneuve: Fête de l'Huma avec Manu Chao, Tikken Jah Fakoly et d'autres...
12 septembre Sunside: Manu Le Prince
23 septembre La Boule Noire: Eli Paperboy Reed

17-18 octobre Sunside: Dee Alexander
19 octobre New Morning: Lucky Peterson
30 octobre New Morning: Lizz Wright

vendredi 3 juillet 2015

ELO#201 - La Fable de l'Atmosphère


Vendredi 3 juillet 2015

J'ai écrit ce texte il y a 10 ans, en juillet 2005, et, sans modestie, je trouve qu'il a bien vieilli, alors je lui donne une deuxième jeunesse en le publiant ici. Pour la nostalgie, mais aussi pour les leçons à tirer d'une expérience de gentrification observée presque en direct...

Le café "L'Atmosphère" a beaucoup changé en 10 ans. Situé au coin des rues Lucien Sampaix, de la rue des Récollets et du Quai de Valmy, le long du canal Saint Martin il est, à mon avis, un beau témoin de l'évolution de ce quartier et de ses habitants, en particulier de ses nouveaux habitants souvent appelés bobos parisiens...

1993. Le canal Saint Martin est "infréquentable". On parle de drogue et de prostitution masculine, c'est dangereux. De toute façon, on ne voit pas trop bien ce qu'on pourrait y faire. C'est moche, y a pas un café d'ouvert. Enfin, si, il y a l'Atmosphère. Tenu par une Algérienne qui raconte son parcours dans le film "Mémoires d'Immigrés" de Yamina Benguigui. C'est un café "quelconque" comme il y en a des tonnes à Paris, peu luxueux, peu cher, fréquenté par des ouvriers, des chômeurs, des classes défavorisées, beaucoup d'immigrés... Il est au rez de chaussée d'un immeuble délabré, habité par le même genre de population... Au même moment, la rue Oberkampf est tout aussi triste et peu fréquentée.

1995. La rue Oberkampf commence à faire parler d'elle: le café Charbon, la boite le Cithéa où on entre même en jeans/basket, la Favela Chic (la première), le restau brésilien pas cher, avec des bancs en bois pourri... D'abord de jeunes étudiants branchés et sympas, puis petit à petit toute la population branchée parisienne. Mais tout ça n'est pas encore arrivé jusqu'au Canal...

1998. Ouverture de Chez Prune, au coin de la rue Beaurepaire et du Quai de Valmy. Ca y est, la "hype" a rejoint le canal. Ce bar tabac est réaménagé avec des couleurs vives et jeunes. On y voit en terrasse Elodie Bouchez ou Romain Duris, acteurs cultes du moment. L'Atmosphère reste un café plus discret, qui garde son mobilier de bar traditionnel, connu de quelques jeunes étudiants qui profitent de ses prix bas et de sa simplicité. Ils arrivent facilement à convaincre la patronne de les laisser mettre leur musique, l'un d'entre eux se fait embaucher comme barman et commence a concocter des caïpirinhas et de fameux petits rhums arrangés. Souvent les soirées durent bien au delà du couvre feu officiel d'1h du mat, tous les soirs de la semaine et débordent sur le trottoir, voire même sur le quai. C'est sympa, le 21 juin pour la fête de la musique, de mélanger la musique arabe et la techno. Certains entendent parler d'appartements qui se libèrent au dessus et y emménagent. D'autres rejoignent juste à côté le squat de l'ancien couvent des Récollets qui résiste pour ne pas devenir un projet immobilier de merde.

2000. Victoire. Le projet immobilier est annulé. Le jardin va être rénové, le couvent va être transformé en logements sociaux avec des ateliers d'artistes. Des associations de quartier se sont constituées et les réunions se passent souvent à l'Atmosphère, qu'on commence à appeler "L'Atmo". Le café n'est plus fréquenté que par des jeunes rebelles, étudiants, de gauche, décidés à faire de ce quartier LEUR quartier, qu'ils protègeront des bourgeois mais aussi de l'atmosphère "rue Oberkampf", qui n'est déjà "plus comme avant". Ils sont solidaires des indiens du Chiapas et des paysans sans terre du Brésil. Ils sont de tous les combats à la mode: le mariage homo, la protection de l'environnement etc... Ils sont aussi, théoriquement, pour les sans papiers et les ouvriers, mais pas au point de manifester pour et surtout pas au point de se rendre compte qu'ils les ont viré de leur quartier sans retour possible. Ils arrivent, entre autre, à obtenir que l'immeuble de l'Atmosphère soit déclaré insalubre et remis à neuf par la Mairie de Paris. Ce quartier votera PS, Vert et extrême gauche en masse l'année prochaine aux municipales. Lors de ces réunions animées, musicales, alcoolisées et enfumées, des couples se font. En plus de boire, les jeunes apprennent l'importance de l'engagement et de la confrontation avec le pouvoir pour améliorer leurs conditions de vie. Ils terminent leurs études et commencent à travailler...

2001. Certains jeunes commencent à gagner pas mal d'argent et le steak haché purée de l'Atmo, y'en a marre. Ca tombe bien, une nouvelle boutique a ouvert juste à côté: Antoine et Lili. Boutique d'objets très mignons, ethniques ou "de récup'", vendus 10 fois le prix qu'on les trouve aux puces. Il y a aussi un restau nettement plus cher mais nettement meilleur, bio, et c'est d'autant plus important que... madame est enceinte. Il va falloir déménager dans plus grand alors on achète des taudis une bouchée de pain et on retape le tout, on installe des ascenseurs, le prix des charges augmente, tant pis s'il y en a qui ne peuvent pas suivre et qui déménagent. De temps en temps, ils culpabilisent de leurs contradictions et, par nostalgie, le soir, ils se retrouvent à l'Atmo pour un dernier verre. Mais pas trop tard parce que le lendemain matin, on a une réunion importante au boulot, il faut être sage maintenant, on n'a plus 20 ans... Fin de l'année, naissance du petit. Il ne fait pas ses nuits, c'est crevant. Et c'est encore plus dur parce qu'il y a encore des "inconscients" qui jouent de la musique à fond, juste à côté, à l'Atmo jusqu'à minuit, voire même minuit et demi, en pleine semaine! On ne peut plus dormir. Un soir, on craque, on appelle les flics. Non mais c'est vrai quoi, y en a qui exagèrent. D'ailleurs, c'est pas un mal que le prix des loyers augmente et que la population soit un peu plus "responsable".

2002. Ca y est, les poussettes commencent à faire leur apparition le long du canal. On a bien fait de réclamer la rénovation du jardin, c'est sympa avec les enfants. Les attentats du 11 Septembre nous on fait réfléchir. Y'en a marre de culpabiliser. On vit dans un mode capitaliste, il faut arrêter de rêver, Strauss-Kahn le dit aussi. Le Chiapas c'est loin, les sans papiers font le jeu des terroristes et la musique arabe n'est plus à la mode. Ce qui est important c'est les pistes cyclables et le manque de places en crèche. Mais pour ça, pas la peine de voter LCR. En Avril, on votera PS et Vert en masse. Mais a cause du reste du pays (quels beaufs...) c'est Le Pen qui sera au second tour. Pendant une après midi de manifestation, le 1er Mai, on retrouvera l'atmosphère rebelle de notre jeunesse: "c'est hyper grave, le fascisme est à nos portes, nos potes européens se moquent de nous, Le Pen va couper toutes les subventions dans les quartiers pauvres comme le nôtre, on n'aura plus de places en crèche, le salop..." Ouf, c'est Chirac qui passe. On a réussi à obtenir que le canal soit fermé à la circulation automobile le dimanche après midi. C'est le royaume des rollers, trottinettes et poussettes. D'ailleurs, maintenant, c'est le Dimanche que l'Atmo est le plus animé. Les autres soirs, c'est redevenu juste un bar comme un autre, qui n'a toujours pas changé de look, contrairement aux clients (ce n'est plus très rare d'y voir des cravates), mais surtout il y en a moins qu'avant parce qu'ils ne s'y sentent plus aussi bien.

2003. C'est la fin d'une époque. La fin des travaux du jardin et du couvent des Récollets. Dernier bâtiment inauguré: la Crèche Valmy, rue des Récollets, attenant à l'Atmo. Victoire politique digne de 1789 pour ce qui restera probablement leur dernier combat... Un nouveau bar a ouvert en face: le Sporting. Look ultra moderne, il est prêt à accueillir cette nouvelle clientèle. Bouffe et cocktails sophistiqués, prix très élevés, musique lounge d'ambiance, portes insonorisées pour ne pas indisposer le voisinage mais aussi pour se couper de la plèbe... L'Atmo essaye de s'adapter. Avec l'argent gagné il achète la petite boutique à côté et agrandit le café, mais toujours avec le même look. Cela reste un café sympa, mais l'ambiance a disparu de ce quartier...

Dror, le 2 juillet 2005
-------------------------------
Les morts du mois


Si on met de côté les boucheries de Saint Quentin Fallavier, Sousse et Koweit City, on pleure aussi la disparition de musiciens qui étaient censés adoucir les moeurs...

Mighty Sam McClain, encore un de ces chanteurs de soul blues à la voix magnifique mais qui, pour on ne sait quelle raison, n'a jamais percé. Je vous avais déjà envoyé ses expériences récentes avec Mahsa Vahdat (2010), de soul gospel mélangé avec du chant persan. Après près de 50 ans de carrière, il laisse aussi quelques disques derrière lui dont l'une des plus belles versions de A Change Is Gonna Come (1984), et un magnifique blues: A Soul That's Been Abused (1987).

Magali Noël, qui n'a pas chanté que Fais moi mal, Johnny, mais aussi d'autres chansons de Boris Vian, comme ce joli Oh, c'est divin (1957).

Eddy Louiss, organiste que tout le monde aime, en big band, en trio avec Paco Séry et Michel Alibo, en duo avec Michel Petrucciani, ou même en solo. En big band, voici une heure d'Eddy Louiss avec son Multicolor Feeling Orchestra, à Jazz sous les Pommiers en 2011:


Et pendant ce temps, quel dommage que Pasqua soit mort dans son lit...

Mort d’un pourri
Robert Pelletier, NPA, le 30 Juin 2015

Mini zone
Siné, le 1 juillet 2015
------------------------------------------
Palestine et campagne BDS

La campagne pour convaincre Caetano Veloso et Gilberto Gil d'annuler leur concert en israel continue, et un comité d'accueil les attend dans chaque ville européenne où ils donnent un concert, comme Londres cette semaine:


Pour ceux qui comprennent l'anglais:

Les investissements étrangers en Israël chutent de moitié depuis le massacre de Gaza
Ali Abunimah, Electronic Intifada, le 25 juin 2015

Ali Abunimah, qui sera en tournée dans plusieurs villes de France:
- Paris : 7 juillet à 19h, Salle AGECA (Paris 11ème)
- Bordeaux : 8 juillet à 18h30, Salle Pierre Tachou, 44 rue Joseph Brunet à Bacalan (TRAM B, arrêt Brandenburg)
- Montpellier : 9 juillet à 19h, Salle JACQUES 1er D’ARAGON
- Lyon : 10 juillet à 19h, Maison des Passages, 44 rue Saint Georges 69 005 LYON (Métro Vieux Lyon)
  
Belle action BDS au Salon du Bourget la semaine dernière:

 
Orange-Israel: victoire d'étape, on lâche rien!
Mercredi 1er juillet 2015
Face à Israël, la France est hypocrite
Interview d’Omar Barghouti par Nirit Ben-Ari, Le Monde, le 2 juillet 2015

Bilan du harcèlement ("swatting" en anglais) de personnes liées de près ou de loin à la Palestine:
juillet 2014 : Kamelancien, rappeur
août 2014 : Benoît Le Corre et Pierre Haski, journalistes de Rue89
août 2014: Robert Faurisson, historien négationniste
août 2014 (en Belgique): Laurent Louis, homme politique
septembre 2014: Aymeric Caron, animateur de télévision
septembre 2014: Sihem Souid, chargée de mission au ministère de la Justice
février 2015: Hicham Hamza, journaliste indépendant
mars 2015 : Jean-Guy Greilsamer, activiste solidaire avec la Palestine
mars 2015 : Pessi Borell, activiste solidaire avec la Palestine
mars 2015 : Bénédicte Bauret, conseillère municipale
juin 2015 : Pierre Stambul, activiste solidaire avec la Palestine
juin 2015 : Jean-Claude Lefort, activiste solidaire avec la Palestine
juin 2015 : Daniel Schneidermann, journaliste à Arrêt Sur Images
juin 2015: Pierre Haski, journaliste à Rue89
juin 2015: Denis Sieffert, journaliste à Politis
juin 2015: l'association CAPJPO/Europalestine
------------------------------------------------
On en a déjà parlé ici


L’Etat condamné pour « faute lourde » après des contrôles au faciès
Le Monde.fr avec AFP | 24.06.2015

Migrants : et si ouvrir les frontières générait de la richesse ? Idées
Maryline Baumard, Le Monde, le 25 juin 2015

Soyons réalistes : 10 raisons d’ouvrir les frontières
Michel Agier et François Gemenne, L'Obs, le 25 juin 2015

En Sardaigne, mouvement de solidarité exemplaire pour les migrants
Ella Ide, AFP, le 27 juin 2015

Mediapart lance l'opération Ouvrez l'Europe #OpenEurope
Carine Fouteau et François Bonnet, Médiapart, le 1er juillet 2015
----------------------
Musique


Siné Mensuel 44: La Zique de l'Été

The Roots et Erykah Badu à Philadelphie, le 30 mai dernier pour leur 8ème Picnic annuel:


Nile Rodgers joue de la musique dans la rue à Londres:


Et Kicca à Fip:

Lauryn Hill, boycotteuse d'israel, reprend Nina Simone avec le classique Feeling Good. Quant à Inell Young, elle n'a sorti qu'un seul 45t en 1972, dommage, parce que ça commençait bien avec ce What Do You See In Her?
--------------------------
Agenda


Jusqu'au 28 août au 12Mail, 12 Rue du Mail, P2, M° Sentier: Jarvis Cocker, chanteur de Pulp et boycotteur d'israel, expose ses "12 Golden Greats", des récompenses imaginaires au service d’une réflexion sur l’essence de la musique et l’immatérialité du succès...

Jusqu'au 26 juillet à l'Institut du Monde Arabe: Hip-Hop, du Bronx aux rues arabes

Jusqu'au 26 juillet Parc Floral: Paris Jazz Festival avec entre autre Boubacar TRAORÉ et SONGHOY BLUES (le 11 juillet), Habib KOITÉ et Eric BIBB (le 12), et Nils LANDGREN (le 19)

Jusqu'au 26 juillet Cabaret Sauvage: Black Summer Festival avec entre autres Femi KUTI (le 10 juillet), BLACK UHURU (le 14), Mahmoud AHMED (le 23), et Mayra ANDRADE et Dona ONETE (le 24)...

Le 3 juillet à 23h sur Arte, regardez «Trop noire pour être française», le documentaire d'Isabelle Boni-Claverie:

Et le 8 juillet à la Maroquinerie: Faris